X-men : children of the atom

combats de mutants

Qui ne connait pas les X-men, ce groupe de super-héros aux pouvoirs prodigieux, victimes de discrimination et sauveurs de l’humanité ? En 1994, ils débarquent en arcade dans un jeu de combat à un contre un développé par Capcom (décidément, eux et les jeux de combat…), puis l’année suivante dans un portagefait de transporter une application d'une plate-forme à une autre sur la 32bit de Sega, la Saturn et enfin il est adapté en 1997 sur Playstation et PC.

La première équipe des X-men a été créé en 1963 par Stan Lee (le grand manitou de Marvel comics). La seconde équipe, qui apparaît dans ce jeu, date elle de 1975 et introduit des personnages venant de différents pays. Le comic a été commercialisé dans de nombreux pays et a été adapté avec succès à la télévision, au cinéma et en jeu vidéo.

X-men : children of the atom permet d’incarner un combattant au choix parmi les X-men ou leurs ennemis. On peut jouer seul ou à deux en se combattant l’un l’autre, chaque match est en deux rounds gagnants. Il y a dix personnages jouables au total dont six X-men :

  • Tornade (Storm) contrôle la foudre et le vent
  • Cyclope (Cyclops) tire des rafales optiques dévastatrices
  • Colossus est en métal et possède une force herculéenne
  • Iceberg (Iceman) peut créer de la glace
  • Serval (Wolverine) possède des griffes et un pouvoir auto-guérisseur
  • Psylocke, une ninja (enfin pas vraiment, mais c’est compliqué…) ayant des pouvoirs psychiques

et quatre de leurs ennemis :

  • Omega red possède des tentacules qui aspirent la vie
  • Sentinelle, un robot gigantesque qui traque les mutants
  • Spiral, une femme d’une autre dimension dotée de six bras et ayant des pouvoirs magiques
  • Silver samurai peut modifier son sabre et est un maître en art martial

A tous ces personnages se rajoutent deux bossennemi plus puissant que les autres, à battre à la fin d'un niveau ou d'un donjon non jouables : le Fléau (Juggernaut), homme massif, très fort et pratiquement invincible, et Magnéto, l’ennemi n°1 des X-men, maître du magnétisme.

Le jeu suit quelques concepts établis par Street fighter II : la carte du monde avec un stage attribué à un seul personnage, l’écran de KO permettant le continueoptions accessibles dans un jeu vidéo après avoir perdu toutes les vies du personnage, permet de continuer le jeu sans repartir du début. Alors que les vies permettent de repartir du même endroit, les continues permettent généralement de repartir du début du niveau, la présentation de l’écran de combat avec la barre de viebarre représentant l'état de santé du personnage selon son remplissage généralement par de la couleur, les coups spéciaux dont certains ont exactement les mêmes commandes, les projections, les étourdissements, les trois boutons de coup de pied et les trois boutons de coup de poing, le compteur de combosenchainements de coups exécutés suivant un ordre, une combinaison et un timing précis. On est pas trop dépaysé ! Mais quelques ajouts et une originalité certaine permettent de ne pas crier au plagiat.

Les personnages peuvent faire un super saut qui les emmènent loin au dessus du sol, ils peuvent se ruer sur leur adversaire ou s’écarter en une roulade arrière, se rétablir lorsqu’ils sont projetés, se mettre en garde même dans les airs. Lors du choix du personnage, le joueur peut sélectionner l’auto-guard (la protection automatique). On peut faire des combosenchainements de coups exécutés suivant un ordre, une combinaison et un timing précis dans les airs. Chaque personnage a une seconde barre qui se remplit à mesure qu’il frappe son adversaire. Quand elle est à moitié remplie, le joueur peut utiliser des habiletés (encore plus) spéciales (armure plus dense pour Colossus, poing de glace énorme pour Iceberg, hologrammes de Psylocke, vol pour Sentinelle et Tornade, …). Mais si elle est entièrement remplie, le personnage peut utiliser une attaque dévastatrice (tir énorme de Cyclope, une tempête d’éclairs pour Tornade et Silver Samurai, une ruée sauvage pour Serval, une tempête de glace pour Iceberg, une danse mortelle des tentacules d’Omega Red,…), grosse innovation qui se retrouvera dans nombres de jeux du même genre.

Flash required

Le jeu est en 2D, il conserve les couleurs vives du comic et les personnages sont conformes à la bande dessinée tant physiquement qu’au niveau de leurs pouvoirs. Les stages sont des lieux empruntés à la série et sont tous connus, certains sont sur plusieurs étages, le sol se brisant sous les coups répétés des combattants (Mojo world, Mutant hunting). Les décors sont aussi très colorés et inventifs (le stage de la salle des dangers changent l’environnement des combattants). Les spritesélément graphique d'un jeu en 2D, qui peut être animé et est différent du décor sont énormes, bien détaillés et bien animés pour l’époque. Les combats sont endiablés, les coups sont très nombreux et pas particulièrement durs à faire.

La musique est de Takayuki Iwai, compositeur de Darkstalkers : the night warriors, Marvel Super heroes, Vampire savior, Street fighter alpha 3,… (que des jeux où le dialogue se fait à coups de poing dans la tronche !) La musique est d’influence rock, elle n’est pas particulièrement inspirée… On retiendra quelques bribes dont la musique vive de sélection des personnages, le stage de Magnéto qui montre la tension du dernier combat, le stage de Spiral assez angoissant. Les thèmes musicaux sont dans l’ensemble inintéressants et ne se retiennent pas, dommage le jeu bénéficie en outre de bonnes voix digitalisées et de bons effets sonores. Mais on ne peut enlever à la musique son but premier, illustrer l’action à l’écran, rôle qu’elle remplit avec succès.

Ce jeu se destine aussi bien aux fans de Marvel qu’aux passionnés de jeu de combat. Il annonce tous les jeux de baston en 2D utilisant les personnages de Marvel : Marvel Super heroes, X-men VS Street fighter, Marvel super heroes VS Street fighter, Marvel VS Capcom : clash of Super-heroes, Marvel VS Capcom 2 : new age of heroes et dernièrement Marvel VS Capcom 3 : fate of two worlds.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.