Wonderboy in Monsterworld

Même les monstres sont mignons !

Sorti en 1991 sur Sega Megadrive et développé par Westone, Wonderboy in Monsterworld (nom qu’on lui préfèrera à celui de la version japonaise, Wonderboy V Monsterworld III, qui correspond au nombre de sorties des précédents épisodes, qui n’ont pas tous vu le jour en France )a été adapté sur plusieurs autres consoles et fait parti d’une série de six jeux très connue au Japon, et dans le monde. C’est un jeu d’action/aventure où le héros doit remplir des quêtes et combattre ses ennemis.

Ici, on ne s’embarrasse pas avec les longs prologues, le héros (Sion) armé d’une épée part en croisade contre les monstres peuplant son monde. Il doit parcourir des pays, sauver des villages peuplés d’êtres fantastiques (nains, fées, dragons, magiciens), tuer des monstres et tout ça à la sauce heroic fantasygenre littéraire déterminé par l'utilisation de la magie ou du merveilleux dans un milieu médiéval tel que le Seigneur des anneaux ou Conan le barbare. L'utilisation de ce genre s'est généralisée aux autres domaines artistiques. Il gagne des pièces de monnaie à chaque monstre tué, ce qui lui permet d’acheter de la magie, des potions, de payer l’hôtel où il peut se reposer, et surtout d’acheter de nouveaux équipements (armes, armures, chaussures et boucliers). Les monstres devenant plus fort au fur et à mesure de l’aventure, le nouvel équipement rétablit l’équilibre dotant Sion de nouvelles aptitudes et le rendant plus coriace et acharné contre les vilaines bêtes. La particularité de ce jeu réside dans les aides apportées par chaque village. Un habitant accompagne Sion dans sa quête et combat avec lui les ennemis qui se dressent sur sa route.

Flash required

Les graphismes assument un côté manga très réussi, des couleurs vives et lumineuses, des décors qui simulent une profondeur. La jouabilité est parfaite, les commandes répondent bien. C’est un ensemble très homogène et l’ambiance sonore participe de la réussite du jeu. Shinichi Sakamoto a réussi à transposer en musique l’aspect féerique du jeu. Les thèmes des villages sont généralement calmes et reposants, celui de Lilipad, le village des nains, est mélancolique et relaxant.  Le dernier château accélère le rythme vers une mélodie au son rock qui présage de l’affrontement final.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.