Archives par mot-clé : Amiga

Martin Galway

 martingalwayatwork

Martin Galway,  virtuose de la musique SID !

Martin Galway (né le 3 janvier 1966 à Belfast en Irlande) est l’un des compositeurs de musique de jeux vidéo (musique SID) les plus connus sur Commodore 64. Il est notamment à l’origine des musiques chiptune d’Arkanoid, Parallax, Terra Cresta et Wizball. A noter qu’il est le neveu du flutiste James Galway.

Des débuts prometteurs

C’est à l’âge de 17 ans que Martin Galway débute dans la composition musicale sur son ordinateur familial « BBC Micro » alors que certains de ses amis s’amusent à programmer un jeu vidéo. Dès lors ces derniers réalisent rapidement que c’est un bon moyen de gagner de l’argent et se rapprochent de la société Ocean Software afin de proposer leurs services. Ocean Software apprécie leur jeu (un clone de Pac-Man) et décide de l’éditer. La société fournit également à Martin Galway un kit de développement musical en langage assembleur afin qu’il puisse composer d’autres futures musiques de jeux sur le micro ordinateur le plus célèbre des années 80 : le Commodore 64.
C’est à partir de ce moment que Martin va avoir la révélation avec le chipset sonore (la fameuse puce SID) très perfectionnée de la machine qui lui inspirera tant de titres musicaux. C’est en 1985 que Galway, une fois sa propre routine programmée, allait veritablement prendre son envol. « Kong Strikes Back », premier titre entièrement fait maison, posait les premières pierres d’un style qui, à l’instar du style d’Hubbard, allait s’avérer tout bonnement unique. Loin du rythme souvent endiablé des productions d’Hubbard, Galway se démarquait surtout par la présence très insistante de vibrato dans une voix principale souvent très mélodieuse, et l’absence quasi-totale de percussions.
 

Un musicien de jeu video très inspiré

Ainsi, durant les années 1980, il réalise les musiques de nombreux jeux qualifiés de blockbusters (Green beret, Parallax, Rambo II, Wizball, Yi ar kung fu etc…) et devient l’un des compositeurs de la scène 8 bits les plus connus avec Hubbard et Hulsbeck. L’arrivée de Galway fin 86 au sein d’une des équipes de programmation les plus douées sur le 64, « Sensible Software », lui permit de se lancer dans toutes sortes d’expériences sonores. C’est ainsi que « Parallax », toujours publié par Ocean, se vit affubler d’une des musiques de présentation les plus surréalistes et éthérées qui soient. Avec son introduction très conceptuelle d’environ 7 minutes (!), cette composition majeure, d’une durée totale de 11 minutes, fut considérée par beaucoup comme LE chef-d’œuvre d’un musicien alors au sommet de son art. Les thèmes internes au jeu n’étaient pas non plus en reste (avec de superbes mélodies ) et contribuaient, une nouvelle fois, à créer l’ambiance unique d’un des shoot’em ups les plus innovants et les plus passionnants de l’histoire du C64.

En outre, Martin est également l’un des premiers musiciens à utiliser de vrais échantillons sonores (samples) sur C64, notamment dans la réalisation de la musique du célèbre jeu d’arcade de Taito Arkanoid. « Arkanoid » et son thème d’introduction en étonna d’ailleurs plus d’un. Il était assez difficile de décrire avec précision ce à quoi ressemblait ces étranges sons digitalisés une fois mixés aux melodies inspirées de Martin. En cela, Galway prouvait sa totale maîtrise du processeur sonore du C64 et renvoyait presque son collègue musicien Hubbard au rang de simple débutant.

DISCOGRAPHIE SELECTIVE

  • Kong strike back
  • Parrallax
  • Green beret
  • Rambo II
  • Wizball
  • Terra cresta
  • Yi ar kung fu
  • Miami vice
  • Arkanoid
  • Slap fight
  • Time of Lore
  • Ultima VII

La période post C64

La suite de sa carrière fut moins glorieuse, car avec la mort commerciale du C64 au début des anneés 90, on n’entendit plus beaucoup parler de lui. A la manière de Rob Hubbard, il tenta de transposer ses talents sur d’autres plates-formes mais sans jamais atteindre le degré de reconnaissance dont il avait été l’objet grâce à la formidable machine grise de Commodore.
Il continuera cependant à travailler dans la musique de jeux notamment sur Amiga mais c’est surtout sur PC qu’il sévit ensuite pour des sociétés comme Origin, Digital Anvil ou Warthog. Citons, parmi ses quelques productions micro, « Times of Lore » (Origin, 1988), « Wing Commander 2 & 4 » (Origin, 1991 & 1995), « Ultima VII » (Origin, 1992), « Ultima Underworld » (Origin, 1992) et plus récemment, « Starlancer » (Crave Entertainment, 2000).