Super Smash Wars : A Link to the hope

Que la Triforce soit avec toi …

Alors que George Lucas a vendu son empire au géant Disney, un petit malin aurait pu tout aussi bien ravir le magot à la souris… Voici une petite réécriture de l’histoire, une uchronie : « Et si Nintendo avait acheté Star Wars ?… »

En partant de ce postulat, James Farr a monté une sorte de crossoverproduction ou se croisent des personnages de séries ou d'univers différents entre l’univers de Nintendo et la franchise Star Wars, et en particulier l’épisode IV. Il n’en est pas à son premier court-métrage animé, Super Mario busters ou Teenage Mutant Koopa Troopas sont eux-aussi l’incursion de Nintendo dans des univers différents, en l’occurrence le film SOS Fantômes et le monde des tortues ninjas. Nintendo est, au sens propre, vraiment envahissant !

 

C’est une réalisation de très bonne facture, remplie d’humour. Les musiques et les bruitages viennent directement des franchises Nintendo (The Legend of Zelda, Super Mario Bros, Super Mario Bros 2, Donkey Kong, Star Wing) et on a même droit a une reprise 8bit style de musique électronique inspirée, et généralement réalisée, par les consoles de jeu des années 80 ayant une architecture 8bit. Cette musique reflète les sons d'une technologie souvent considérée comme primitive ou datée, comme la Gameboy ou des synthétiseurs fait maison du thème le plus connu de la série Zelda en guise de générique. Les personnages originaux de Star Wars sont remplacés (Peach en Leïa, Link en Luke, Mario en Han Solo, Donkey Kong en Chewbacca, Toad en R2D2, R.O.B. en C3PO, Kaepora Gaebora en Obi-Wan, Ganon en Dark Vador, Greedo en Birdo, et la Cantina est un repaire de Boos, de Metroid, même Pharaoh man y a élu domicile !) et l’intrigue connaît des bouleversements pour accorder les deux univers (la Force est remplacée par la Triforce, l’Étoile noire par le masque de Majora, les X-Wing par le vaisseau de Starfox, Navi est la boule d’entrainement à la force, quand Luke reçoit son premier sabre laser Obi Wan lui lance « it’s dangerous to go alone. Take this » tout droit sorti de The Legend of Zelda, les échafaudages de Donkey Kong constituent le cœur de l’Étoile Noire, …). Le scénario utilise jusqu’à Earthbound, F-Zero et l’univers personnel à la Wii (wiimote et Mii). Je vous laisse découvrir toutes les références subtiles, je n’en ai même pas dit la moitié !

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.