Super Mario World

tout un monde à découvrir !

La loi des séries veut que chaque épisode doit faire mieux que le précédent. Regardez Harry Potter, sa situation empire à la fin de chaque tome. Alors que les aliens se multiplient et compliquent la donne, les Terminators évoluent et deviennent on ne peut plus méchants, John McClane est quant à lui de plus en plus amoché et James Bond a des gadgets qui gagnent en inventivité. Mario prend à contre-pied le célèbre espion britannique et perd les panoplies récemment acquises dans Super Mario bros 3, mais c’est au profit de plusieurs améliorations significatives pour lui et ses futures aventures.

Si Mario a connu quelques aventures avant, c’est sa première incursion dans l’univers audacieux et inventif des consoles 16bit : celui de la Super Nintendo. Super Mario world est disponible au lancement de cette machine, entre 1990 au Japon et 1992 en Europe, garantissant un bon jeu de plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis pour les inconditionnels du plombier. Et quel jeu ! La recette éprouvée est de nouveau reprise, et améliorée. Le résultat a donné le meilleur jeu de plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis de la console, et une des meilleures aventures de Mario. Enfourchez votre monture verte préférée et galopez dans ce pays coloré où chaque pixelplus petite particule composant une image numérique, de forme rectangulaire et de couleur n’est pas si amical, surtout si vous êtes barbu et armé d’une ventouse.

Lors d’une visite à Dinosaur land, Peach se fait kidnapper par Bowser (comme à son habitude, certaines personnes ont vraiment la guigne…). C’est bien évidemment à Mario et à Luigi (car il peut y avoir deux joueurs) qu’il revient de la sauver (ben sinon il n’y aurait pas d’aventure). Jusque là, on est pas dépaysé. Le principe est le même que lors de la dernière aventure, Mario apparaît sur une carte du monde et doit finir chaque niveau pour pouvoir progresser sur cette carte. La carte est elle-même divisée en sept mondes distincts, ayant chacun une thématique différente et un donjon à la fin du monde. Chaque niveau peut être joué de nouveau, un très bon moyen pour récupérer des bonus avant d’entamer un niveau difficile. Certains niveaux apparaissent en rouge sur la carte, cela signifie qu’ils ont une sortie secrète menant à des niveaux cachés.

Outre les niveaux traditionnels en scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur horizontal ou vertical et les donjons (repaires des bossennemi plus puissant que les autres, à battre à la fin d'un niveau ou d'un donjon, les Koopalings), Mario traverse des maisons hantées, véritables labyrinthes, une nouveauté qui sera reprise dans la plupart des suites. D’autres niveaux permettent d’actionner de gigantesques interrupteurs, faisant apparaître des blocs colorés dans tous les niveaux. Ceux-ci libèrent des passages à emprunter, des items à attraper (des sortes de power upobjet permettant d'améliorer son armement et sa puissance, notamment dans les shoot'em up). Les seuls bonus-améliorations accessibles sont l’éternel champignon et la fleur de feu. La plume est rajoutée et offre des possibilités nouvelles pour nos compères, elle fournit à Mario une cape bien utile pour prendre son envol et pour ralentir sa chute. Un autre item, mais avec une durée limitée, a vu le jour, il s’agit du P-ballon, qui gonfle Mario et le fait s’envoler. Une petite case en haut permet de stocker un item. Au cas où le besoin s’en fait sentir (Mario touché et affaibli), le bonus tombe du haut de l’écran, il ne reste plus qu’à l’attraper.

Si Mario a perdu quelques unes des panoplies qu’il utilisait dans Super Mario Bros 3, il a gagné un solide soutien en la personne (si, c’est une personne !!!) de Yoshi, le plus sympathique des dinosaures, bien avant Denver, Petit-Pied ou Godzilla (y’a pas de mal pour Godzilla, et de plus me dit mon co-rédacteur, c’est un lézard géant et non un dinosaure). Pour certains d’ailleurs, la vraie star de Super Mario World, c’est lui ! En tout cas sa postérité est confirmée, la suite directe, Super Mario World 2 : Yoshi’s island, nous le fait contrôler en tant que personnage principal et il est encore présent en 2010 dans Super Mario Galaxy 2 sur Wii.

Yoshi est emprisonné dans un œuf par Bowser, qui a capturé ses amis de la même manière. Une fois libéré par Mario, il lui sert de monture, prenant sur lui les dégâts de toute attaque (mais une fois seulement, car il s’enfuit alors laissant Mario seul s’il ne le rattrape pas pour l’enfourcher). Il peut aussi tirer une langue digne d’un fourmilier ou d’un caméléon, et avaler ses ennemis. La plupart sont digérés rapidement, les tortues Koopa quant à elle sont plus difficile à digérer et selon la couleur de leur carapace font cracher du feu à Yoshi, jeter la carapace, faire des tremblements de terre  ou voler le temps de sa digestion.

Flash required

De plus, Yoshi a des copains de différentes couleurs qui traînent dans des niveaux cachés. Ceux-ci, encore bébés, doivent être nourris cinq fois (cinq ennemis ou items) pour atteindre leur taille adulte. S’ils avalent une carapace, Yoshi jaune créé des tremblements de terre (qui tuent les ennemis proches), Yoshi rouge crachent des boules de feu, Yoshi bleu peut s’envoler. Ces précieux amis ne sont présents que sur le monde caché de Star road, un monde qui remplace la fonction des warp zone de Super Mario bros premier du nom.

Pour ce qui est des contrôles, le nombre de boutons ayant augmenté entre les deux consoles, on peut voir légèrement en avant ou en arrière de Mario grâce aux boutons sur la tranche de la manette. Courir, sauter, planer ne sont pas nouveau et les adeptes retrouveront leurs marques. Toutefois, il y a une nouveauté : le saut tournoyant, qui permet au grand Mario (ayant consommé un champignon) de détruire des blocs destructibles sous lui. La console permet les sauvegardespermet au joueur de reprendre une partie à un point d'enregistrement sans avoir à recommencer tout le jeu. C'est un procédé souvent absent sur les consoles antérieures à la génération 16 bit de sa partie après chaque château ou après chaque gros interrupteur actionné.

Visuellement, Super Mario world est proche d’un dessin animé, et étonnamment riche en couleurs et arrières-plans fantasques qui offrent une profondeur de champ. C’est aussi un jeu-vitrine qui montre les capacités uniques de la console : rotation, zoom, effets de transparence,… Chaque château détruit lance une cinématiquephase non jouable qui met en place les éléments du scénario. Elles sont souvent produites en image de synthèseMario sauve un œuf de Yoshi et détruit le château d’une manière originale et burlesque (explosion, mis en orbite, enterrement). On est dans un cartoon façon Tex Avery (après tout, Shigeru Miyamoto, le créateur de la série et producteur de cet opus n’est-il pas fan de Disney ?). L’animation des personnages est par ailleurs excellente et dynamique pendant le jeu, c’est un nouveau standard pour les jeux de ce genre.

Koji Kondo est de nouveau aux commandes pour la musique. Celle-ci consiste grandement dans l’itération d’un thème, qui est transformé et adapté à l’environnement ou à la situation. Le thème principal est joyeux et sautillant, il devient même comique et s’accélère dans certains niveaux en se référençant au cinéma muet. Le thème de la maison hanté fait entendre ce même thème, plus sombre, soutenu par des deux accords de notes aiguës répétés et dissonants. Dans les châteaux, le suspense est rajouté avec crescendo et decrescendo constants sur un thème des plus fantomatiques et des sons soumis à des distorsions. Pour les passages en sous-sol, le thème s’allège et s’éloigne, se raréfie tandis que des percussions remplissent les silences, mais toujours avec une certaine distance, comme pour une menace lointaine, pour rappeler de garder son attention éveillée. Le thème aquatique quant à lui est de nouveau une douce valse de manège (analogie que nous pouvons constater dans les précédents opus).

Rien ne vaut la pratique en matière de jeu vidéo, cliquez donc sur le lien ci-dessous pour vous confronter à un hommage Super Mario World :


Super Mario World

N’hésitez pas, si l’occasion se présente, (re)jouez à ce petit bijou, vous ne le regretterez pas tant il n’a rien perdu avec les années. Super Mario world a connu un portagefait de transporter une application d'une plate-forme à une autre sur Gameboy Advance, intitulé Super Mario Advance 2 : Super Mario World,  et est présent sur une version de Super Mario All-stars, compilation de ses premiers succès. Il a aussi connu une suite, Super Mario World 2 : Yoshi’s island et même une série de dessin animé portant son nom, mais de piètre animation…

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.