Super Mario Bros

le champion

La Famicom (NES) est sortie en 1983 au Japon, il ne lui manquait qu’un jeu emblématique, avec un héros reconnaissable, un jeu qui pourrait lui ouvrir le marché international, se vendre par millions d’exemplaires et assurer l’avenir de la société Nintendo. Ce jeu a été développé au sein même de Nintendo et est sorti en 1985.

Le visionnaire Shigeru Miyamoto créa un petit bonhomme moustachu et rondouillard aux allures d’anti-héros. Mario est né. Il doit sauver sa princesse (appelée Peach par la suite) d’un monstre reptilien nommé Bowser à travers plusieurs mondes en sautant d’escaliers en plate-formes.

La plupart des monstres disparaissent une fois que Mario leur a sauté dessus. Sur son chemin, il va manger des champignons (?…) pour grandir, des fleurs pour lancer des boules de feu. Chaque monstre tué, chaque bonus est compté et se rajoute à un score final.

Sous une esthétique dessin animé, Super Mario Bros (pour brother car un deuxième joueur peut jouer le frère de Mario, Luigi) vise en premier lieu un public ayant entre 8 et 12 ans. Les personnages sont simples et graphiquement minimalistes. Pour tout décor, on a un fond uni, bleu pour les mondes extérieurs et sous l’eau, noir pour les châteaux et mondes souterrains. Quelques éléments de décor se rajoutent, mais rien ne vient déranger la progression visuelle de Mario, qui suit un scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur horizontal.

Les commandes sont relativement accessibles : un bouton pour sauter et la croix directionnelle pour avancer, un second bouton permet de jeter des boules de feu une fois que le bonus a été trouvé. Pour courir, il faut laisser appuyer la touche de tir. C’est enfantin (et c’est destiné aux enfants !)

Flash required

La musique est de Koji Kondo. Mondialement connue, elle préfigure bien ce qui se passe à l’écran. Pour le thème du monde extérieur, l’irrégularité du rythme rappelle Mario qui cherche ses pas et saute de bloc en bloc. Il est joyeux et se retient très bien.  Pour le thème du monde souterrain, les silences et les répétitions révèlent le danger ambiant. Le thème de l’eau fait penser à un manège et tranche avec les autres musiques pour montrer le changement d’élément. Un mauvais pas est vite arrivé dans le château et la musique reflète bien ce côté menaçant et périlleux. Quant au thème d’invincibilité, il marque bien l’urgence de la situation nous donnant comme avis de se presser avant le retour à l’état normal, c’est une musique rapide qui suit une boucle courte. Les musiques de cet opus ont toutes été réutilisées et remixées, apparaissant ça et là dans les suites des aventures de Mario.

Mario a connu d’autres aventures sur toutes les consoles de Nintendo, devenu la mascotte officielle du groupe. Le jeu a posé les bases du genre  plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis (défilement horizontal, amélioration du personnage au moyen d’item, passages secrets, bossennemi plus puissant que les autres, à battre à la fin d'un niveau ou d'un donjon de fin de niveau, pièces de monnaie,…) grâce à un gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... simple et efficace.

Il a connu une adaptation cinématographique et une série de dessin animé. Tous les personnages (Mario, Luigi, les champignons, la princesse), tous les ennemis (Bowser, les goombas, les koopas, les bill balls, les calmars, les bob-ombs, les plantes carnivores,…) sont passés à la postérité et apparaissent dans les épisodes ultérieurs et même dans des films !

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.