Shinobi

un ninja contre tous

Développé par Sega en 1987, Shinobi annonce l’avènement du jeu de ninja, sa popularité étant telle qu’il a été beaucoup imité. Sa suite officielle sur borne d’arcade est Shadow dancer, sortie en 1989 (mais là, en prime vous disposez d’un loup de compagnie qui vous seconde). Shinobi sera adapté l’année suivante sur la Sega Master System, avec quelques changements, comme la barre de viebarre représentant l'état de santé du personnage selon son remplissage généralement par de la couleur car dans la version arcade, le héros meurt s’il est touché une seule fois.

En 1989, sortent les versions NES, NEC PC Engine, Amiga, Atari ST, Amstrad CPC, Commodore 64. Les versions Atari et Amiga sont d’ailleurs un peu décevantes compte tenu des performances techniques de ces machines, très proches de la carte arcade « système 16 » (les développeurs se sont contentés du minimum syndical et du prestige de la franchise…).

Avec Shinobi, on saute, on lance des shurikens, on se bat au sabre. Le jeu est assez simple, vous êtes un super ninja, ayant pour nom Joe Musashi, qui doit tuer des vilains méchants tout en libérant des otages sur votre chemin. Vous gagnez ainsi de nouvelles armes qui vous aideront dans votre progression (fouet, balles explosives, etc). Vous avez également un super pouvoir à utiliser par niveau, innovation majeure reprise dans la plupart des jeux de ce type.

Ce jeu qui bénéficie d’une très bonne réalisation pour l’époque, tant en graphisme qu’en fluidité, offre aussi quelques idées intéressantes. Au lieu de ne faire que marcher de gauche à droite selon un scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur horizontal, vous avez deux « plans », ce qui vous permet de vous mettre hors de portée des ennemis. Toutefois et dans un souci d’objectivité, il convient de rappeler que Rolling Thunder de Namco en arcade est l’un des premiers à l’utiliser. Puis certains niveaux étaient basés sur l’avancée verticale de niveau en niveau. Il y a aussi des stages bonus où, au lieu de voir votre personnage de profil, vous ne voyez que ses mains, comme dans un FPSjeu de tir à la première personne, où l'on voit par les yeux du personnage, et vous devez lancer des shurikens sur des ninjas qui se précipitent sur vous en sautant de plate-formes en plate-formes (oui, ce sont des ninjas habillés en vert fluo, dans les années 80 l’horrible mode du fluo n’avait pas épargné les ninjas).

Bien sur, nous avons droit aux traditionnels bossennemi plus puissant que les autres, à battre à la fin d'un niveau ou d'un donjon de fin de niveau qui ont tous la particularité de n’avoir qu’une seule partie du corps vulnérable. Les yeux attentifs remarqueront les ninjas « spidermen », clin d’œil au personnage de comics.

Flash required

Pour une fois, c’est un français qui a le record du monde de ce jeu : « BEN.SHINOBI ». Il a réalisé un score de 801 970… La légende voudrait que le vrai record du monde soit de 802 160, mais il n’y a aucune preuve donc pour le moment le titre reste en France.

L’instant culturel

Le terme SHURIKEN est un terme générique qui signifie « lame dans la main », le vrai nom de l’étoile de lancé ninja que nous connaissons tous et qui est utilisée dans Shinobi est le SHAKEN ou SHADEN.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS