Professeur Layton et la diva éternelle

Une enquête en musique

Devant le succès (en matière d’enquêtes) de l’Inspecteur Labavure au cinéma et celui de Derrick sur le petit écran, Layton avait toutes ses chances pour faire un carton lors d’une adaptation de ses aventures dans un film d’animation. Pendant vidéo-ludique de Sherlock Holmes (il a comme lui un couvre-chef des plus original), Layton est le héros de sa propre série d’enquêtes, exclusive à Nintendo et à ses consoles portables. Sa popularité explique son reclassement (temporaire) de l’univers mécanique et confiné du jeu vidéo à celui des paillettes et des feux de la rampe du cinéma.

Le film a été réalisé en 2009 par Masakazu Hashimoto, qui a réalisé des séquences animées pour les jeux. Les studios d’animation Olm, inc. et P.A. Works se sont associés pour ce projet. Le film est sorti directement en vidéo en France, en 2010.

Le SCENARIO

L’aventure commence dans une cathédrale. Bien évidemment, le film s’ouvre sur une énigme, suivie par un bel effet de 3D du mécanisme de l’horloge et du survol de Londres. Layton résout facilement l’énigme et met en fuite Don Paolo, son rival dans les épisodes sur Nintendo DS. S’en suit une présentation, incontournable pour ceux qui ne connaissent pas l’éminent archéologue gentleman aimant les énigmes et son assistant qui sait communiquer avec les animaux, en apprentissage afin de devenir un parfait gentleman. L’aventure est en fait un souvenir des deux protagonistes à l’écoute d’un disque de musique classique, un flashback…

Trois jours auparavant, Layton reçoit une lettre de Janice, une de ses anciennes élèves devenue cantatrice, qui les invitent à l’opéra, le célèbre Crown Petone. Elle écrit qu’elle vient de rencontrer une petite fille qui dit être la réincarnation de Mélina, une ancienne amie à elle, décédée. Détail troublant : elle connaît des détails que seule son amie connaissait !

A l’opéra, il n’y a pas d’orchestre mais un nouvel instrument, le détragan, mêlant les instruments de l’orchestre, créé par M. Wisler, le père même de Mélina et compositeur de la mélodie. L’opéra conte l’histoire d’un pays, Ambrosia, gouverné par une reine aimée de son peuple, peuple qui découvrit le secret de la vie éternelle.

A la fin de la représentation (qui ne remporte pas beaucoup de bravos), le créateur du théâtre apparaît. Il promet la vie éternelle au gagnant d’un petit jeu, et aux autres, une forme d’esclavage. Une milice empêche alors la fuite des récalcitrants. Le toit de l’opéra s’ouvre alors et le sol se met à trembler. Le théâtre se révèle être un gigantesque navire qui prend le large, escorté par des requins « téléguidés » empêchant la fuite à la nage.

ATTENTION SPOILER, CE QUI SUIT DÉVOILE L’INTRIGUE

Le jeu commence et il s’avère que c’est un jeu à énigmes (quel aubaine pour notre petite équipe !). La première énigme est de rechercher la chose la plus ancienne. Comme l’intitulé ne le stipule pas, Layton comprend de suite qu’il s’agit de quelque chose qui n’est pas à bord du bateau, mais au-dessus : les étoiles ! Les participants n’ayant pas trouvé la solution sont éliminés par des trappes.

La seconde énigme demande d’aller à l’endroit où est visible la plus grande couronne. C’est le bateau-opéra lui-même la plus grande des couronnes (crown veut dire couronne en anglais) et ceux qui ont trouvé la solution prennent les canots de sauvetage pour voir le bateau du large.

Alors que le fier Crown Petone explose, les personnages se dévoilent, tous des personnalités à l’ego sur-développé et au cerveau bien rempli. Les canots abordent de façon automatique une île qui passe pour être celle d’Ambrosia. Les rescapés découvrent des tables couvertes d’aliments sur la plage et en profitent pour se rassasier. Des loups sortent alors des bois et les repoussent vers un château.

Flash required

Résonne alors la voix qui énonce les énigmes, pour une nouvelle demande. Il s’agit de traverser la rivière et de rejoindre le château, malgré la menace des loups. Layton trouve la solution : des cages à leur disposition leur permet de s’enfermer dessous tout en se déplaçant (au lieu d’enfermer les loups). Mais la cage de Layton, Luke et Janice se renverse, ils doivent alors fuir jusqu’à une cabane. Layton fait preuve d’inventivité dans cette cabane en créant un mini-hélicoptère à l’aide d’une tronçonneuse, une hélice, un tonneau, des seaux,… Et ils rejoignent le château où les autres participants sont déjà arrivés.

Pour la quatrième énigme, il s’agit de trouver parmi quatre portes celle qui mène à la tour du roi. Des lettres sont inscrites au sol entre chaque porte : K, G, H, I. En rajoutant IN (entrée) entre le K et le G, on obtient le mot KING (roi). Alors que Luke et Janice prennent la bonne route, Layton en prend une mauvaise afin de sortir du jeu. Luke rencontre Jean Descole, un scientifique maléfique derrière toute cette aventure, qui les emprisonne.

Alors que Descole cherche le secret d’Ambrosia, Wisler, lui-aussi derrière tout ça, cherche à faire revivre sa fille. En effet, les souvenirs d’Amelia sont contenus dans le destragan, un outil qui copie les souvenirs et les transfère d’une personne à une autre. Le but du jeu était de trouver une personne compatible avec ses souvenirs. Mais, Janice s’oppose à Wisler et Descole, et révèle qu’elle est en fait Mélina, à cause d’une expérience de Wisler qui avait fonctionné.

Descole enlève Mélina/Janice afin qu’elle ouvre la porte d’Ambrosia, seule à connaître une mélodie. Le blason d’Ambrosia est en fait une partition qui doit être accompagnée par l’Ode à la mer, connue de la seule Mélina. Mais la porte ne s’ouvre pas et, de rage, Descole transforme le détragan en gigantesque robot qui détruit l’île.

Layton et Luke partent à la rescousse de Janice/Mélina à bord de leur mini-hélicoptère. Alors que Luke saute pour la sauver d’une chute, Layton combat Descole à arme blanche (épée contre tuyau !). Layton révèle que la résolution de l’énigme était incomplète et qu’il manquait aux deux mélodies une troisième. Le blason à l’envers montre le soleil.

Alors qu’est joué la nouvelle mélodie, des ruines s’élèvent tout autour de l’île. Rendu fou par la supériorité de Layton, Descole casse son robot et disparaît dans une chute. C’est alors que Mélina, dans le corps de Janice, fait ses adieux à son père et redonne son corps à Janice.

FIN DU SPOILER

Professeur Layton et la diva éternelle ne déçoit pas les fans , on garde bien l’esprit des jeux. On retrouve ce mélange de logique inhérente aux énigmes et ce petit grain de fantaisie dans le scénario, avec des éléments improbables. On peut certes déplorer le nombre limité d’énigmes dans ce film par rapport aux jeux, mais on peut souligner leur intégration dans le fil de l’histoire. Au niveau des graphismes, on n’est pas dépaysé. Le style graphique made in Level-5 est conservé, toujours simple et attachant.

La musique a son identité propre et est dans la lignée de celle des jeux. C’est d’ailleurs le même compositeur aux commandes, Tomohito Nishiura, et certains thèmes sont repris de la série. La musique a une vraie place dans ce long métrage, elle est omniprésente comme élément constructif de la narration : on parle d’opéra, de cantatrice, d’instrument de musique novateur (le détragan), on utilise un orgue de barbarie faisant office de sablier pour le temps imparti aux énigmes, le robot est dirigé par un clavier d’orgue, la résolution d’énigmes se fait par la musique, …

Sans être le film d’animation japonais à succès, il n’en reste pas moins un bon divertissement visible par tous et une bonne adaptation fidèle, chose qui n’est pas si aisée…

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.