Plantes contre zombies

des zombies frappent à ma porte

Halloween oblige, restons dans l’air du temps et parlons zombies… Si le zombie au cinéma connaît de plus en plus d’apparitions depuis les années 70 avec succès, il ne se cantonne pas au seul genre horreur. Il vadrouille de la comédie (Bienvenue à Zombieland, Shaun of the Dead, la Main qui tue) à l’action mâtinée d’humour gore (Planète terreur, Braindead, Evil dead), l’aventure-action (la série fructueuse de Resident evil, Versus l’ultime guerrier), le film social (Zombies anonymous, Fido), le film érotique, le film de science-fiction, même la série télévisée s’y met (Dead set, Walking dead). On réinvente la façon de filmer (REC, Diary of the dead, 28 jours plus tard), on fait des remakes des plus représentatifs (la Nuit des morts vivants et ses suites de Romero, maître du genre), on fait des versions animalières (Black sheep), on rajoute de la poésie (Dellamorte Dellamore). Bref, le zombie est partout.

Dans le jeu vidéo, sa première apparition est dans le survival horrortype de jeu vidéo où le joueur doit survivre dans un environnement peuplé de morts-vivants ou d'autres créatures surnaturelles. Des éléments scénaristiques, visuels et l'ambiance générale sont empruntés au cinéma d'horreur (merci à Alone in the dark qui a ouvert la voie à Resident evil, Dead rising et consorts). Il est ensuite fortement représenté dans le shoot'em upappelé aussi shoot them up, jeu de tir où le joueur dirige un véhicule ou un personnage qui doit détruire un grand nombre d'ennemis à l'aide d'armes de plus en plus puissantes et le FPSjeu de tir à la première personne, où l'on voit par les yeux du personnage, devenu son genre de prédilection (the House of the dead, Dark messiah of Might and Magic, Left 4 dead, Dead island, Rise of the nightmares), et également présent dans un sous-genre, le run and gungenre de shoot'em up où le joueur contrôle un personnage qui se déplace à pied (Zombies ate my neighbors). Voici un genre qu’il n’avait jamais investi : le tower defensegenre de jeu vidéo s'apparentant au jeu de stratégie. L'objectif est de défendre une ou plusieurs zones contre des vagues successives d'ennemis., avec Plantes contre zombies (Plants vs zombies).

C’est PopCap games qui développe et édite en 2009 ce petit jeu simple et addictif. Le scénario est simple. Nouvellement installé dans votre maison, vous vous rendez compte que le voisinage laisse un peu à désirer : des hordes de zombies grimaçants en veulent à votre cerveau pour une consommation style fast-food. Votre seule chance d’y échapper est de protéger les accès à votre maison (et par conséquent, à votre cerveau), inutile de vous barricader, ils sauront bien trouver une entrée à moins de la défendre… Votre moyen de défense ultime : la plante ! Et quelles plantes ! Elles ont de la ressource (vous ne regarderez plus votre chewing-gum à la chlorophylle de la même manière) : elles tirent, dévorent, gèlent, hypnotisent,… Mais seulement voilà, elles ont besoin d’énergie pour éclore. Le soleil et certaines plantes vous en fourniront à une certaine vitesse. Chaque plante possède son propre coût en énergie. Toute la stratégie est là, il faut savoir quelle plante utiliser, à quel moment et à quel endroit. Un faux pas peut vous être fatal… D’autant que la plupart de vos plantes ne sont que des amuses-gueules pour les zombies, en attendant le plat principal. A chaque stage, les zombies que vous rencontrerez sont présentés, à vous de choisir les plantes que vous utiliserez car vous avez droit à un nombre limité de places pour vos graines.

Voici les plantes à votre disposition pendant le jeu :

  • les plantes « centrale d’énergie », qui fournissent des soleils. La plus importante est le tournesol, la seconde est le champignon-soleil qui donne moins d’énergie que le tournesol et est une plante nocturne.
  • les tireurs diurnes.Du simple tireur de pois (et ses nombreuses déclinaisons), au cactus qui tire en hauteur, la carambole qui tire dans cinq directions différentes, et les catapultes (choux-catapulte,  maïs-catapulte et catapulte à pastèque, la grosse artillerie) qui bombardent de projectiles sans se soucier du relief.
  • les mono-taches d’annihilation. Entre la bombe-cerise qui explose une zone et le piment qui explose une ligne, la plante carnivore, la mine pomme de terre, la courge et l’algue d’enchevêtrement qui détruit un ennemi dans l’eau, vous avez le choix !
  • les soutiens. Nous avons le mur de noix et son grand frère qui bloquent les zombies, le nénuphar et le pot de fleur pour planter respectivement sur l’eau et sur le toit, le bois de feu qui enflamme les pois, la citrouille qui protège une plante, la feuille parasol qui bloque les zombies du ciel et les projectiles.
  • les plantes nocturnes ou champignons qui ont un faible coût. Donc toute la famille des champignons tireurs, le lierre tombal qui dévore les tombes, le champignon hallucinogène qui fait changer de bord un zombie, le champignon glacé qui stoppe tous les zombies, le champignon de la ruine qui explose mais rend le terrain stérile pendant un laps de temps, le champignon magnétique qui attire les objets métalliques un par un.
  • les plantes à effet spécifique. Nous avons la planterne qui éclaire dans le brouillard et le trèfle ventilateur qui le repousse, le tapis d’épines qui blesse les zombies à leur passage, le grain de café qui réveille un champignon la journée, l’ail qui repousse le zombie sur une autre ligne, le souci qui donne de l’argent.
  • les plantes d’amélioration qui nécessitent de germer sur une autre plante. Sûrement les plantes les plus utiles mais aussi les plus chères. Nous avons le tireur Gatling (tire quatre pois), le tournesol jumeau, le sombre champignon, le roseau ( jette des projectiles sur n’importe quel ligne), le melon d’hiver (gros dommages et ralentissement), l’aimant à or, le tapis rocheux d’épines, le canon d’épi (bombarde un épi destructeur).

Tout comme pour vos plantes, il y a une grande variété de zombies : zombie avec cône de signalisation, seau sur la tête ou trimbalant une porte les rendant plus résistants, zombie avec pioche de mineur prenant à revers toute une ligne de plante, zombie avec une bouée, un tuba ou porté par un dauphin zombie pour passer la piscine, footballeur américain qui va plus vite, zombie clown portant une boîte à musique piégée, perchiste sautant par dessus la première plante, zombie Michael Jackson réveillant les morts (transformé après la mort du chanteur en disco zombie), zombie à ballon ou sur un bâton pogo, zombie avec escabeau, zombie sur surfaceuse (machine pour refaire la glace dans les patinoires) suivi par des zombies en bobsleigh, zombie qui arrive du ciel pour enlever une plante, zombie sur une catapulte, zombie Frankenstein avec nain zombie qu’il balance, zombie yéti. Et pour finir, le bossennemi plus puissant que les autres, à battre à la fin d'un niveau ou d'un donjon, Dr Zomboss, perché sur un gros robot crachant boules de feu et boules de neiges. Vous pouvez le constater, il y a beaucoup d’esprit tant dans les plantes que dans les zombies.

Leurs attaques sont rythmées par une ou plusieurs grosses vagues d’assaut, qui laissent votre défense sur les rotules si vous n’y êtes pas préparé. Si les zombies passent toute une ligne de défense, une tondeuse se déclenche et engloutit tous les zombies de la ligne en question. Cette chance de se refaire ne se déroule qu’une fois par niveau. Les niveaux se déroulent dans votre jardin de devant de jour puis de nuit (le soleil ne donnant pas d’énergie la nuit, vous devez utiliser des champignons moins gourmands en énergie), puis dans votre jardin de derrière qui comporte une piscine. Enfin, les derniers niveaux se passent sur le toit de votre maison. Du brouillard sur les premières colonnes côté attaquant vient compliquer les défenses dans certains niveaux.

Flash required

D’autres modes de jeu viennent compléter notre amusement : un jeu de bowling où l’on repousse les zombies avec des noix de coco, plusieurs jeux de survie avec les mêmes principes que le jeu principal, un mode où on inverse les rôles (à nous de manger les plantes et les cervelles), plusieurs puzzles de situation, un jeu d’élevage de zombie aquatique, un jeu de marteau (taper sur les zombies qui sortent de terre), un tetris-like, … Une fois l’aventure terminée, nous avons accès au zen garden, un mode où on peut élever des plantes afin qu’elle nous donne de l’argent. Cet argent est d’ailleurs utilisable pour acheter de nouvelles plantes, des bonus et des jardins pour votre zen garden à votre voisin Crazy Dave. Crazy Dave vous guide aussi pendant l’aventure principale, à sa manière loufoque.

C’est avec beaucoup d’humour que Plantes contre zombies voit le combat contre les morts-vivants. Les graphismes et les couleurs renvoient tout de suite aux dessins animés et aux cartoons, l’animation des personnages est amusante, les grognements des zombies et le baragouinage de Crazy Dave sont ridicules ! En même temps, combattre des zombies avec des plantes présageait d’un softwaredésigne le logiciel, la partie programme informatique, les données intangibles par essence. S'oppose à hardware qui définit toute la partie physique du matériel informatique des plus farfelus ! La musique est de Laura Shigihara, elle colle au thème du macabre et du merveilleux. Par endroit (Grasswalk par exemple), elle cultive le mystère avec un côté fun des notes aux valeurs courtes (notes martelées au piano, pizzicato aux cordes). D’autres niveaux sont plus rythmés et accompagnés par une musique plus pop (Loonbon, Ultimate battle qui est en rupture avec les autres thèmes). Le zen garden quant à lui est accompagné par une musique lunaire, propre à la réflexion et au bien être pour faire croître vos plantes et vos bénéfices ! La musique des crédits du jeu est une chanson pop rigolote qui met en scène un tournesol qui chante (interprété par la compositrice) et des zombies qui dansent (Zombies on your lawn), la voici :

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.