Pang 3

un jeu de tir ?

En 1995 sort le troisième épisode d’une série d’action-réflexion : Pang 3, le bien nommé. C’est un jeu édité sur borne d’arcade par la société Mitchell, il aura droit à un portagefait de transporter une application d'une plate-forme à une autre sur Playstation en 1997 dans la compilation Super Pang collection regroupant Pang, Pomping world et lui-même, et un autre sur PSP en 2006 intitulé Capcom puzzle world, regroupant Super Puzzle Fighter II turbo, Pang, Super Pang et Pang 3. C’est un jeu où la réflexion doit s’armer de réflexes…

Vous dirigez un personnage armé de grappins, ceux-ci servent à percer des bulles gigantesques qui rebondissent sur le terrain. Une fois percées, ces bulles se divisent en deux bulles plus petites, qui pourront être percées à leur tour et ainsi de suite jusqu’à disparition complète des bulles. Notre personnage doit bien évidemment éviter ces bulles, sous peine de mort instantanée. Les rebonds sont différents suivant la grosseur des bulles, plus elles sont petites, moins elles rebondissent haut, ce qui ajoute à la difficulté du jeu. Il peut se déplacer sur la gauche et la droite, il ne peut pas sauter. Le personnage a trois vies au départ, et les continuesoptions accessibles dans un jeu vidéo après avoir perdu toutes les vies du personnage, permet de continuer le jeu sans repartir du début. Alors que les vies permettent de repartir du même endroit, les continues permettent généralement de repartir du début du niveau sont illimités (du moins, en arcade, ils ne sont limités qu’à la capacité hors-norme de votre portefeuille…). Le jeu se passe dans un cadre fermé, un tableau, il n’y a pas de scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur. Chaque stage est chronométré, le temps disponible varie, il est adapté au tableau.

Trois niveaux sont disponibles au départ : un niveau pour débutant qui comporte un didacticielprogramme informatique destiné à l'apprentissage d'un logiciel. Appelé aussi tutoriel entre chaque stage, le jeu normal qui comporte une quarantaine de stages et le mode panique qui fait tomber sans arrêt des bulles jusqu’à mort du joueur. Il y a quatre personnages jouables avec chacun leurs atouts : Don Tacos qui peut lancer deux grappins à la fois, Pink Leopard qui n’est pas affecté par la glace, les ennemis et la dynamite, Captain Hog qui lance deux grappins puissants qui s’attachent au plafond et Shiela the thief qui tire deux fois à 45° en diagonale. Le décor fait aussi parti du challenge et il faut ruser dans certains tableaux. Parmi les éléments originaux de gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ..., il y a des téléporteurs reliés entre eux, des blocs qui s’effritent à la chaîne quand on leur tire dessus, des bulles spéciales comportant une étoile qui une fois dégommées font gagner instantanément le joueur, des bombes qui se comportent comme des bulles (elles rebondissent) et quand on tire dessus explosent les bulles en approche sur la gauche et la droite. La glace fait glisser (une vérité de La Palice), les échelles permettent de monter, les tapis roulants de bouger sans se fatiguer (ne vous moquez pas, ce n’est pas évident pour tout le monde).

Les bonus sont de plusieurs sortes et apparaissent lorsque des bulles ou des blocs sont éliminés : des pièces qui rajoutent des points au score, des sabliers qui ralentissent les bulles, des réveils qui les stoppent pendant quelques secondes, de la dynamite qui les explosent en petites bulles (attention, on peut vite être submergé !), des champs de force qui protègent une fois le personnage, des aliments de toute sorte qui donnent des points, des cœurs qui donnent une vie supplémentaire. D’autres bonus permettent de changer de tir pendant la partie : le double grappin, le harpon qui s’accroche au plafond ou l’arme à feu lançant pendant quelques secondes sur trois directions des rayons détruisant seulement les bulles. Des ennemis apparaissent quand vous tardez trop dans une zone : des chiens, des oiseaux, des hélicoptères. Ceux-ci paralysent vos armes pendant un certain temps s’ils vous touchent.

L’originalité de cet opus réside dans les décors. Les personnages doivent ramener des œuvres artistiques, peinture ou sculpture, dans leur galerie d’art personnelle. Les œuvres rencontrées sont nombreuses et de grands artistes : Rousseau, Munch, Hokusai, Van Gogh, Monet, Millet, Toulouse-Lautrec, Renoir, Modigliani, Michelangelo, Boticelli, Ingres, Leonard de Vinci, Sharaku pour ce qui est des peintres ; Toutankhamon, Shiva, Apollon et la Vénus de Milo sont les sculptures rencontrées. Chaque œuvre d’art est présente dans trois tableaux (stages) et ramenée par nos soins. Un interlude entre chaque œuvre récupérée vous amène dans votre galerie d’art privée.

Flash required

La musique est d’Isao Abe, également compositeur de Pocket fighter, Cadillacs & dinosaurs, the Punisher,  et a participé à Street fighter II et X-men : Children of the atom. La musique de la galerie d’art ramène le calme (violon) après le combat acharné contre les bubulles. La musique du premier tableau et celle du mode panique sont dansantes, elles correspondent aux personnages (un mexicain, un pirate, une voleuse ibérique, et un léopard rose !). Les deux suivantes mettent la pression au joueur. La quatrième est plus propice à la réflexion. Le dernier stage a sa propre musique, un thème enlevé qui stresse énormément (d’autant que ce niveau n’est pas facile).

BONUS

Petit jeu en flash, cliquez sur le titre :

PANG FLASH Jeux flash PANG FLASH

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.