Marvel vs Capcom 3 : Fate of two worlds

le choc des titans


Amateurs de joutes endiablées, par ici. Vous ne serez pas déçus ! A vous les combats titanesques dans des arènes fabuleuses. Les participants, tous de dangereux spécimens, sont pour le moins bigarrés ! Des super-héros, des supers-vilains, choisissez votre camp… Et choisissez surtout votre sponsor : Marvel et ses héros de comics, ou Capcom et ses personnages de jeu vidéo. Le duel entre ses deux puissantes compagnies s’annonce passionnant !

Ce jeu de combat à un contre un est sorti en 2011 sur Xbox360 et Playstation 3, la crème des consoles nextgendésigne la dernière génération de consoles de jeu, telles que la XBOX 360, la Playstation 3 et la Wii. On ne peut plus les classer comme précédemment par leur architecture interne-8bit, 16bit, 32bit...-car trop différente, à la puissance décuplée. Le scénario à l’origine de ce crossoverproduction où se croisent des personnages de séries ou d'univers différents tient sur un post-it, mais il est intéressant de signaler qu’il y en a quand même un : le Docteur Fatalis (Dr Doom en VO) a réuni les plus grands vilains de l’univers Marvel et rejoint les forces d’Albert Wesker, de l’univers Capcom, afin de contrôler les deux univers à la fois. Cependant, leurs actions réveillent une grande et puissante menace qui pourrait détruire les deux mondes. C’est aux héros des univers de Marvel et de Capcom qu’il incombe d’arrêter le mal avant qu’il ne soit trop tard…

Allez, ne reniez pas votre plaisir ! Vous aviez toujours voulu incarner un gars au costume ridicule, qui s’assume, et en plus qui en montre aux autres ! Quand vous pouvez de surcroit utiliser des habiletés particulières comme voler, jeter des éclairs ou bien encore utiliser un arsenal d’arme extrêmement étendu, c’est le bonheur… Libre à vous de choisir l’individu qui vous sied le mieux parmi un choix de 38 combattants aguerris.

Pour Marvel, le choix se porte sur les Vengeurs (Thor à la profession de dieu du tonnerre, le preux Captain America, Iron Man l’homme à l’armure de fer, l’inaltérable Spider-Man, le très énervé Hulk), les X-Men (Tornade la chevaucheuse des vents, le « meilleur dans sa partie » Serval, la terrible Phénix, la toute nouvelle X-23). Nous avons le droit aux ennemis les plus puissants que nous avions vu dans les précédents opus : Magneto maître du magnétisme, Dr Fatalis l’ennemi des 4 fantastiques (absents de ce jeu…), Shuma-Gorath le dieu tentaculaire d’une autre dimension. Les outsiders sont le pince sans rire Deadpool, Dormammu le démon, Super-Skrull un autre ennemi des 4 fantastiques et M.O.D.O.K. le super vilain le plus ridicule (si, si, il détient la palme).

Les jeux Capcom repris dans  ce crossoverproduction où se croisent des personnages de séries ou d'univers différents sont Street fighter (Ryu le héros de la série, Chun Li la chinoise aux pieds agiles, Akuma le guerrier invincible et C. Viper la nouvelle combattante de Street Fighter 4), Darkstalkers (la succube affriolante Morrigan, Hsien-Ko le fantôme-zombie chinois, la femme-chat Félicia), Resident Evil (Chris Redfield et Jill les agents aux nombreuses armes, Wesker leur ennemi aux sombres pouvoirs), Devil may cry (Dante le charismatique fils de démon, la sexy Trish), les séries Megaman (Zero le robot sauveur, Tron Bonne l’inventeur sur son robot), Final Fight (Haggar le maire musclé de Metro city), Viewtiful Joe (son héros éponyme aux pouvoirs cinématographiques), Bionic commando (Spencer et son bras bionique), Okami (Amateratsu la louve aux pouvoirs divins), Ghosts’n Goblins (Arthur le preux chevalier).

Le mode arcade permet le combat entre joueurs et contre l’ordinateur, chaque personnage ayant une fin qui lui est propre. Les plus tenaces peuvent s’entraîner dans une salle dédiée, avec peu ou pas de répondant de l’adversaire. Bien entendu, les combats peuvent se faire en réseau, et c’est un nouveau monde qui s’offre à vous ! Les « rings » sont impressionnants : une plate-forme volante dans les rues de New-York devant le journal du Daily Bugle, le laboratoire Tricell glauque et malfamé, la cité fabuleuse d’Asgard, un village de démon dans les Enfers, la salle des dangers des X-Men, la cachette secrète de la Main (organisation criminelle), l’île Kattletox du monde de Megaman, la Lune, une rue de Metro City, la base volante du S.H.I.E.L.D. l’Helicarrier.

Le mode mission est un niveau d’entrainement pour chaque personnage, chacun ayant dix missions à remplir, des enchainements à faire. Bon courage, il faut être opiniâtre dans ce mode… Des bonus sont à déverrouiller : les introductions, les fiches d’identité des personnages, des artworkscroquis et dessins relatifs au jeu, généralement c'est un travail préparatoire pendant la conception du jeu, la musique et les sons du jeu, les fins des différents personnages, et une représentation en 3D.

La nouveauté, c’est la surenchère… On contrôle maintenant trois personnages qui se soutiennent et se remplacent, un vrai bonheur ! Lors du combat, on appelle en renfort un des deux autres personnages choisis qui effectue une attaque parmi trois disponibles lors de la sélection du personnage. A la mort d’un des personnages, le suivant le remplace comme dans les autres Marvel vs Capcom. Vos partenaires peuvent aussi vous assister lors de combosenchainements de coups exécutés suivant un ordre, une combinaison et un timing précis aériens et combiner vos pouvoirs avec les leurs pour un effet dévastateur.

Flash required

Les commandes ne sont pas compliquées, trois boutons sont associés à une puissance de coup (faible, moyen et fort) et un quatrième à un coup qui soulève l’adversaire. Les combinaisons avec le joypad (croix directionnelle) offrent des perspectives de coups spéciaux … Il faut être honnête, les personnages sont faciles à jouer, et seulement quelques coups nécessitent une pratique un peu plus longue. Le temps d’adaptation est largement inférieur que pour les précédents opus. La vraie différence se fera dans la maîtrise des combosenchainements de coups exécutés suivant un ordre, une combinaison et un timing précis, certains vraiment durs, c’est d’ailleurs pratiquement impossible de finir le jeu dans sa version la plus difficile (Cosmique) sans les avoir au préalable travailler. Les coups spéciaux se font avec les traditionnels quart de tour au joypad et autres techniques à la « dragon punch », rien de bien nouveau. Les « hyper combos » (comprenez « technique dévastatrice où le personnage se sert du plein potentiel de ses pouvoirs »,… ben oui hyper combo c’est plus simple et plus rapide à écrire) se font de la même manière que les coups spéciaux mais en appuyant sur deux boutons… du gâteau pour qui veut latter son adversaire ! La panoplie de coups est très étendue pour certains (Dante qui se manie en outre avec facilité).

L’introduction du jeu est originale et très graphique, c’est une cinématiquephases non jouables qui mettent en place les éléments du scénario. Elles sont souvent produites en image de synthèse qui met en scène les principaux protagonistes en combat dans New York, avec de nombreux effets de caméra. Un travail intéressant a été fait sur les ombres des personnages, il fallait les faire passer de la 2D à la 3D tout en gardant leurs caractéristiques originales des comics. L’esthétique générale rappelle la bande dessinée, c’est une réussite ! Le jeu est pour le moins coloré ! Et pour cause, les héros de comics ont des costumes aux couleurs qui tapent à l’œil, quant aux héros de Capcom, la plupart semblent venir du carnaval de Rio tant leurs couleurs sont chatoyantes… Et il faut signaler une dose d’humour certaine qui est loin d’être déplaisante tant pendant les combats que pendant l’introduction. D’ailleurs, certains personnages sont graphiquement drôles (Arthur, Viewtiful Joe) pendant que d’autres manient l’humour comme une arme (Deadpool et ses hyper combos…).

La musique reprend les thèmes connus des héros, retravaillés pour l’occasion. Hideyuki Fukasawa est le compositeur de toutes les musiques originales, il a composé les musiques de Chaos legion et Street fighter 4. Tous les thèmes comportent invariablement une introduction qui fait monter la tension. Les morceaux sont rythmés à grand renfort de percussions, impliquant des combats acharnés. Ils sont de genre électro, la guitare électrique est très présente. On retiendra le thème de sélection des personnages, vif et entrainant, qui revient plusieurs fois dans le jeu et qui lance le joueur dans ses parties endiablées. Certains thèmes sont des reprises connues des héros, retravaillés pour l’occasion (Ryu, Chun Li, Arthur). C’est de la musique de combat, n’attendez pas à vous prélassez sur celles-ci (même le thème d’Amateratsu est techno) ! Des voix féminines apparaissent dans quelques morceaux.

C’est un jeu qui ravit les adeptes et qui trouve un nouveau public dans les novices tant les coups sont faciles. Bien entendu, des contenus additionnels viennent compléter le jeu et sont à télécharger, certains moins gratuits que d’autres : deux personnages (Jill et Shuma Gorath), des modes de combat et des tenues. Capcom étant le roi de la version « ultimate », une nouvelle version a été annoncée, avec plus de personnages, plus de coups et plus de dépenses : Ultimate Marvel Vs Capcom 3. Sont annoncés Ghost Rider le motard diabolique, Oeil de faucon le tireur à l’arc, Firebrand du jeu Ghosts’n Goblins, Strider Hyriu du jeu Strider. Des fuites laissent présager que seront aussi présents Docteur Strange le sorcier suprême, Iron fist le combattant, Nova la fusée humaine, Rocket Racoon le raton-laveur extraterrestre, Frank West du jeu Dead rising, Nemesis du jeu Resident evil 3, Phoenix Wright du jeu Phoenix Wright : Ace attorney et Vergil de Devil may cry. Soit douze nouveaux personnages, de quoi justifier un rachat ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.