Magic : The Gathering : Duels of the Planeswalkers 2013

Combat de sorciers

Les plus grands combats sont ceux de l’esprit. Même les plus grands sorciers doivent établir un plan d’attaque. Et quand dans l’affrontement les forces sont égales, le plus malin pourra sortir son épingle du jeu. Alors, évitez les têtes de l’hydre aux dents pointues, levez haut les lances de vos fantassins et commencez votre mortelle incantation. Serez-vous assez fin stratège pour déjouer les plans de vos ennemis ?

Magic the gathering (Magic l’assemblée, en français) est avant tout un jeu de cartes créé par Richard Garfield en 1993 et qui a lancé la mode des jeux de stratégie par les cartes à jouer. Dans la peau d’un sorcier (et dans un univers heroic fantasygenre littéraire déterminé par l'utilisation de la magie ou du merveilleux dans un milieu médiéval tel que le Seigneur des anneaux ou Conan le barbare. L'utilisation de ce genre s'est généralisée aux autres domaines artistiques), vous invoquez des monstres et jetez des sorts afin de défaire votre ennemi, lui aussi puissant enchanteur. Magic : The Gathering : Duels of the Planeswalkers 2013 est une des adaptations de ce jeu de stratégie passionnant sur support informatique. Il a été développé par le studio Stainless games et édité en 2012 sur PC, Xbox 360, Playstation 3 et Ipad.

Le principe est simple. Il vous faut tuer votre ennemi en descendant à zéro ses points de vie. Le moyen ? Mais, vous êtes un enchanteur pardi ! Jetez des sorts, invoquez des monstres pour l’attaquer, et tout ça grâce au mana, l’énergie magique présente dans les terrains que vous possédez. Ces terrains ont une « couleur » qui permet de jeter des sorts de la même couleur : noir pour les marais, bleu pour les îles, vert pour les forêts, rouge pour les montagnes et blanc pour les plaines. D’autres sorts utilisent plusieurs couleurs. La couleur de la magie est très importante : la magie blanche est la magie du bien, de la justice, de la lumière, elle fait appel aux anges, soldats et clercs, c’est aussi une magie curative. La magie verte est la magie de la nature, de la vie, de la faune et la flore terrestre, c’est la magie des elfes et des grosses créatures. La magie bleue est la magie de l’illusion, de la connaissance et de l’intellect, c’est la magie de l’air et de l’eau, elle peut être fourbe et utiliser les ressources de l’ennemi. La magie noire est la magie de la mort, de la peur, du mal et des ténèbres, c’est la magie de la nécromancie et est accompagnée par des squelettes, morts-vivants et autres vampires. La magie rouge est la magie du feu et de la terre, de la destruction et de la guerre, ses servants sont les gobelins et les dragons, et les explosions de feu accompagnent son utilisateur.

Les différents decks (piles de cartes) sont pré-établis et vous ne pouvez pas rajouter des cartes d’autres decks (dommage, ça restreint beaucoup et on perd l’une des spécificités du jeu original : la création). Le jeu se déroule sur plusieurs zones et suivant un ordre d’action rigoureux (dégagement des cartes, entretien, pioche, première étape de jeu, étape de combat, 2ème étape de jeu, étape de fin) pour chaque joueur. Les cartes ne peuvent pas être jouées n’importe quand, certains sorts sont à lancer pendant votre tour, d’autres non soumis à un timing. A cela se rajoute les spécificités propres à chaque carte, les pouvoirs des créatures et effets. Toute la richesse de ce jeu tient dans le bon timing, la bonne carte, une bonne intelligence et des stratégies efficaces. Le jeu possède plusieurs modes. Outre le mode gestionnaire de deck pour enlever ou rajouter des cartes dans son deck, le mode multijoueurs pour jouer en ligne, nous avons bien évidemment le mode duel qui permet de se confronter aux mêmes jeux de cartes mais aussi de résoudre des énigmes (plutôt ardues) et de faire une partie spéciale : Planeswalkers, ajout significatif qui vous permet de jouer contre 3 autres joueurs (contrôlés par l’ordinateur) dans un « chacun pour soi ». La partie possède une originalité, elle se déroule sur différents plans de réalité, chacun ayant ses propres règles. Ça pimente bien le jeu, croyez-moi !

Flash required

Si la prise en main n’est pas difficile car toutes les actions sont décrites à l’écran avec le bouton correspondant, le jeu n’est pas aussi aisé car il faut s’entrainer et connaître les règles pour gagner. Même un joueur chevronné de Magic connaitra un temps d’adaptation. Heureusement, un didacticielprogramme informatique destiné à l'apprentissage d'un logiciel. Appelé aussi tutoriel aidera les novices. Pour ce qui est de l’esthétique, le jeu vidéo met en avant les illustrations originales du jeu de  cartes. Celles-ci sont d’une grande beauté et servent de fond d’écran pendant les (longs) temps de chargement. On peut aussi les admirer pendant les parties en zoomant sur les cartes (étapes essentielles aussi pour lire caractéristiques des cartes…).

La musique est une musique d’ambiance, qui fait monter le suspense par moments, angoissante à d’autres. L’utilisation de cloches fait penser à l’apocalypse (Innistrad), les nombreux silences et les longues tenues de notes étirent le temps et donnent ce sentiment de danger et de mystère (Shandalar). Une musique adaptée en quelque sorte à ce type de jeu !

De nombreux jeux vidéos utilisent la licence, et ce dès 1997 sur PC (avec l’une des plus intéressantes adaptations à mon avis…), mais certains exploitaient le nom sans utiliser l’aspect carte à jouer, et donc passaient à côté de l’intérêt du jeu de cartes. Magic : the gathering : … 2013 est une bonne cuvée et corrige les défauts des versions précédentes (2011, 2012), versions qui n’avaient pas son arôme.

Ce jeu a connu, pour le moment, quatre add-onappelé aussi extension ou addiciel, supplément d'un jeu vidéo comportant des niveaux, des équipements, des armes, des scénarios ou campagnes supplémentaires. La plupart des add-on implique un coût supplémentaire par rapport au jeu de base, mais gageons qu’il en arrivera plus car elles ne sont pas gratuites… Rappelons pour finir que sans Magic, il n’y aurait pas eu Yu-Gi-Oh ou l’aspect carte à jouer des Pokémons …

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.