Kingdom hearts

une alliance improbable

L’année 2002 voit deux compagnies, souveraines dans leurs domaines, s’associer afin de créer un jeu vidéo regroupant leurs deux univers. Kingdom hearts est un RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle où les mondes et personnages de Disney et de Square se côtoient.

Sora est un jeune garçon qui vit sur une île avec ses amis du même âge. Il aime Kairi, et son meilleur ami, Riku, est aussi son rival. Un jour, Riku et Kairi disparaissent et l’île est envahie par des monstres appelés les Sans-cœurs. Sora défend son île et part dans un autre univers où il apprend qu’il est destiné à sauver les mondes grâce à la Keyblade, sorte d’épée et de clé qui lui permet de fermer les accès des mondes aux Sans-cœurs. Dans son aventure, il rencontre Donald et Dingo qui vont le suivre et le seconder dans son aventure. Tic et Tac lui fournissent un vaisseau spatial appelé vaisseau Gummi qui lui permet d’aller d’un monde à l’autre.

Et voilà Sora parti dans une aventure à travers le Pays des Merveilles d’Alice, la ville d’Agrabah d’Aladdin, le Colysée d’Hercule, Atlantica de la Petite sirène, Halloween Town de l’Etrange Noël de Mr Jack, … Il visite même la Forêt des rêves bleus, qui est un monde-livre où vit Winnie l’ourson et ses amis. Bien entendu, les personnages des dessins animés sont présents et l’aident dans sa quête. Dingo ou Donald peuvent séparément être remplacés dans chaque monde par son héros, Tarzan dans la Jungle, Peter Pan dans le Pays imaginaire … Et les grands méchants ne sont autres que Capitaine Crochet, Médusa, Maléfique et Jafar ! Les autres personnages qui apparaissent viennent des l’univers de Final fantasy : Squall, Cloud, Selphie, Tidus, Wakka, Youfie, Cid et même Sephiroth. Le jeu est très riche au niveau des mythologies des deux sociétés et on se plaît à retrouver les protagonistes que l’on connaît déjà.

Vu que c’est un RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle, Sora explore les mondes en combattant les êtres diaboliques qui s’opposent à lui, résout des énigmes, se met à niveau en augmentant sa puissance et en achetant de nouvelles armes. Il peut sauter, attaquer, lancer des sorts et faire des invocationspouvoirs permettant de faire apparaître des créatures mythiques ou des divinités pendant un combat, celles-ci aidant le joueur grâce à des capacités spéciales. Caractéristique de la série Final Fantasy entre autres comme chez Square, à la différence que les êtres mythiques sont ici remplacés par des personnages de chez Disney : Simba, le Génie, Bambi, Mushu, Clochette et Dumbo. Il acquiert des points d'expériencesystème utilisé au jeu de rôle permettant de faire évoluer les personnages et leurs compétences grâce à l'expérience. Les points sont reçus généralement à la fin d'un combat ou d'une action déterminante à chaque combat, ce qui lui permet d’augmenter ses caractéristiques. Une petite séance de shoot'em upappelé aussi shoot them up, jeu de tir où le joueur dirige un véhicule ou un personnage qui doit détruire un grand nombre d'ennemis à l'aide d'armes de plus en plus puissantes s’intercale entre chaque monde, c’est d’ailleurs le seul point faible du jeu avec la construction du vaisseau Gummi, véritablement complexe et ennuyant.

Contre toute attente, un vrai scénario lie les deux univers et est cohérent (les suites du jeu seront un brin plus compliquées…). Le jeu est particulièrement soigné, ce qui n’est pas inattendu de la part de Square. L’esthétique Final Fantasy est bien intégrée à celle de Disney, le compromis graphique se faisant en faveur de ce dernier. La jouabilité est excellente, les coups sont nombreux et instinctifs. De nombreuses cinématiquesphases non jouables qui mettent en place les éléments du scénario. Elles sont souvent produites en image de synthèse ponctuent le jeu et déroulent l’histoire.

Flash required

Yoko Shimomura est à la composition musicale. Déjà présente au générique de Street Fighter II et Legend of Mana, elle suit la série des Kingdom hearts. Elle s’adapte très bien aux différents styles de jeu. Les thèmes sont nombreux et reconnaissables. Très inspirée, elle créé une mélodie brillante pour l’envol de Peter Pan autour de Big Ben, une autre arabisante et remplie de fioritures pour le marché d’Agrabah, une grave et dramatique qui utilise les orgues et chœurs d’église pour les passages plus sombres, une apaisante qui respire la tranquillité pour la ville de Traverse. La musique d’introduction est une mélodie mélancolique dont les notes s’ègrennent doucement.

A la manière des derniers Final Fantasy et des productions cinématographiques hollywoodiennes, le générique comporte une chanson originale, chantée ici par une idole japonaise Hikaru Utada. Très Jpopabréviation pour la musique pop japonaise, influencée par la musique occidentale, elle est reprise et mixée à travers le jeu.

On retrouve également des mélodies classiques de chez Disney : le thème  This is Halloween composé par Danny Elfman pour L’Etrange Noël de Mr Jack, Under the sea (Sous l’océan) composé par Alan Menken pour la Petite sirène et le thème de Winnie l’ourson composé par Richard M. et Robert B. Sherman pour le dessin animé éponyme.

 

Le jeu connaît plusieurs suites, sur des consoles différentes et a été très bien reçu dans le monde entier. La collaboration continue encore de nos jours…

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Une réflexion sur « Kingdom hearts »

  1. Intéressant… j’y suis passé et j’ai appris plein de choses moi qui suis nulle…
    « Dive into the heart-destati m’intéresse…
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.