Final Fantasy VII

un véritable roman


Septième opus d’une série culte au Japon, et maintenant à travers le monde, Final Fantasy VII est un RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle, ou jeu vidéo de rôle en français, sorti en 1997. Si Square, la société qui le développe (aujourd’hui Square Enix) éditait chaque chapitre sur une console de Nintendo, FF7 est le premier à rompre l’alliance et à passer sur une console récente et concurrente, profitant de tous ses apports multimédias et technologiques  : la Playstation de Sony.

L’histoire, complexe, met en scène Cloud, un mercenaire à la recherche de son passé confronté à un groupe industriel tout puissant, la Shinra, puis à une menace plus sérieuse qui met en péril l’équilibre mondial.  De nombreux rebondissements attendent le joueur. Pour une fois dans l’univers de Final Fantasy, le gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... emprunte des éléments cyberpunksous-genre littéraire de la science-fiction mêlant dans un futur proche, violent et déshumanisé des éléments thématiques tels que le clonage, l'intelligence artificielle, internet, l'informatique et l'électronique et la fusion homme-machine qu’il intègre à la magie et à la féérie habituelle.

Comme dans tout jeu de rôle, le joueur doit se constituer une équipe, chaque membre ayant un talent différent. Le jeu alterne entre scènes tactiques de combats, exploration du monde, énigmes à résoudre, mini-jeux,…

Le principe du jeu de rôle, et par extension son adaptation informatique, est l’aventure par le biais d’un simulation de la vie réelle, ce qui implique une grande liberté de choix et une part déterminante de hasard. Le jeu peut être très long si on fait toutes les quêtes secondaires, si on cherche toutes les invocations, si on élève des chocobos (sortes d’autruches, mascottes récurrentes dans la série) jusqu’à avoir le chocobo d’or, si on combat les ennemis les plus puissants, si on recherche les armes ultimes de chaque personnage, et si on cherche à posséder toutes les limit breakappelées aussi limits, capacités limités dans le temps qui apparaissent pendant un combat lorsqu'un personnage a reçu trop de dommages et qui représentent un débordement de force dû à la colère.. Un sacré challenge vous attend !

Les graphismes sont en 3D temps réelimages de synthèse comportant trois dimensions, longueur, largeur et profondeur, et composées à l'instant où elles sont produites, ce qui implique une grande puissance de calcul pour le processeur informatique pour les personnages, d’un charme un peu désuet de nos jours, représentés sous forme de polygones. A noter des représentations différentes des personnages selon qu’ils soient en situation de combat, en exploration du monde ou en cinématique. Les fameuses invocationspouvoirs permettant de faire apparaître des créatures mythiques ou des divinités pendant un combat, celles-ci aidant le joueur grâce à des capacités spéciales. Caractéristique de la série Final Fantasy entre autres sont toujours présentes et bénéficient pour la première fois d’animations les mettant en scène pendant les combats, on retrouve quelques unes présentes dans les Final Fantasy précédents, mais d’autres toutes nouvelles remplacent les absentes.

Le jeu comporte plusieurs cinématiquesphases non jouables qui mettent en place les éléments du scénario. Elles sont souvent produites en image de synthèse, étonnantes pour l’époque, qui firent de Squaresoft (la société qui le développe) un champion toutes catégories d’infographie. Un didacticielprogramme informatique destiné à l'apprentissage d'un logiciel. Appelé aussi tutoriel permet de prendre en main les nombreuses actions des personnages et de leur faire une évolution personnelle.

Flash required

Les musiques sont signées par Nobuo Uematsu, compositeur des onze premiers épisodes de la série. Elles sont très nombreuses, d’une rare richesse. Le fameux Prélude, commun à (presque) toute la série, est repris et agrémenté d’une partie mélodique par dessus les arpèges originaux. Le thème principal, thème d’exploration du monde, est profond et riche, il possède plusieurs parties, l’une brillante et conquérante, une seconde plus mystérieuse, une autre encore qui reprend la partie brillante et la rend plus légère. L’une des musiques les plus belles de Final Fantasy VII, mais aussi de toute la série selon les connaisseurs, est le thème d’Aerith, petit diamant qui scintille dans son écrin, fin et précieux, très humain. Une autre musique aussi connue est celle du combat final contre Sephiroth, le méchant charismatique, appelée chœur de l’apocalypse, où le thème à dominante militaire et agressive est chanté par un terrible chœur. Nobuo a acquit une grande notoriété grâce à sa composition, qui fut éditée, ré-éditée, mixée à n’en plus finir, au plus grand bonheur de ses nombreux fans.

 

Ce jeu a donné ses lettres de noblesse au RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle hors du Japon, il a eu de nombreuses suites et la série se poursuit encore de nos jours. La notoriété fut telle que deux films sous licence Final Fantasy sont sortis au cinéma, dont un qui est véritablement la suite de ce jeu (Final Fantasy : Advent children).

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.