Drol

Une pépite vidéo-ludique oubliée

Rappel des faits

Drol est un jeu publié en 1983 (ce qui ne nous rajeunit pas !) par le célèbre et défunt éditeur Brøderbund qui fit le bonheur de bien des possesseurs de micro-ordinateurs de l’époque. Il a été initialement développé pour l’Apple II et fut ensuite  porté sur Commodore 64, Atari 8-bit, MSX et Sega SG-1000, console rarissime en France et ancêtre de la fameuse Sega Master System.

Drol est un jeu de plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis dans lequel vous incarnez un robot tout  mignon looké  façon D2R2  pouvant voler et tirer dans un dédale composé de quatre étages. Sa mission consiste à  sauver humains et animaux en se frayant un passage à partir des trappes qui parsèment son chemin tout en évitant les innombrables pièges et ennemis sautillant :  créatures extra-terrestres, démons, serpents, aigles, aimants ou haches virevoltantes dans les airs… A l’instar de l’historique titre d’arcade/action Defender, Drol intègre un « radar » en haut de l’écran, de sorte que le robot puisse trouver les enfants et esquiver les méchants surgissant et bondissant de nulle part.

Au total, il y a trois personnes à secourir :

  • Un petit garçon qui erre dans le premier écran et se déplace d’un étage en courant au hasard avec un avion jouet.
  • Une petite fille qui, quant à elle, évolue dans le second écran et pourchasse un ballon (qu’il faut tenter de lui remettre).
  • Sur le troisième écran, c’est tout simplement leur mère ligotée  à une chaise à la fin de l’étage inférieur.

Un gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... simple et efficace

Comme évoqué précédemment, votre but est de sauver les enfants qui rodent dans chaque niveau. Ceux-ci sont constitués de rangées de plates-formes avec des écarts qui peuvent être sauté par votre robot voltigeur en montant ou descendant un niveau vertical. Le titre comporte seulement trois niveaux et recommence inlassablement dans une version plus difficile une fois le troisième niveau terminé. Dans celui-ci et pour certaines versions du jeu, le robot doit choisir la bonne trappe entre trois différentes, sous peine de mort subite (ou plutôt de décès par germination). Cependant, avec un bon timing, le joueur peut l’éviter grâce à un vol de retour rapide… avant que la plante ne l’atteigne pour de bon.

Une variante du jeu existe en version Atari : sur le niveau 1 et 2, en supplément du sauvetage du garçon et de la fille. Il s’agit alors de chercher un crocodile affublé d’un réacteur (on sent que les développeurs se sont bien fait plaisir avec ce titre particulièrement loufoque et imaginatif !) . Le niveau ne sera dès lors complété que si l’enfant et le crocodile sont tous deux touchés.

Verdict votre honneur !

Les critiques et autres tests concernant Drol par les magazines de l’époque furent plutôt élogieux. J’en veux pour preuve le magazine américain RUN dans son numéro de mai 1984 (testant la version Commodore 64) qui lui attribuait  la note maximale et le décrivait comme « fun, drôle et excitant», en dépit d’un temps de chargement lent (relatif à cette seule version).

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Un jeu rétro qui n’intéressera guère les joueurs adeptes du 1080p et du 60 images par secondes c’est certain ! Mais pour les autres et ne serait-ce que par pure nostalgie de « retrogamerpersonne qui joue aux jeux vidéos anciens et à les collectionne ainsi que les consoles de jeu, les ordinateurs, les bornes d'arcade et les jeux électroniques geek indécrottable », ce titre à l’âge vénérable, garde encore un vrai pouvoir d’attraction tant il est « mignon tout plein » et follement exotique dans sa catégorie de « plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis shooting ». Il me plairait d’ailleurs de m’adonner à une refonte moderne de ce jeu d’antan, pépite videoludique au gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... ancestral certes mais diablement efficace… Allez je brûle un cierge pour le voir revenir un jour prochain !

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.