Crash Bandicoot

tornade en vue !

Attention, marsupial dangereux ! Mais ne prenez pas peur, car Crash, le héros, véritable tornade vivante, n’en a que contre ceux qui ont emprisonné sa compagne. Et s’il fait la tornade, ce n’est que pour envoyer dans le décor tout opposant à son union … Accrochez-vous, c’est un jeu où la précipitation est de mise et les faux pas fréquents. Ce jeu de plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis a été développé par Naughty Dog pour la Playstation de Sony, seule console en 1996 a pouvoir supporter la 3D et le nombre de polygones à l’écran sans ralentissement de l’action. Les créateurs du jeu ont aussi mentionné le fait que la console n’a pas de mascotte et qu’elle aurait un certain sex-appeal qui aiderait aux ventes …

Vous êtes donc Crash, un bandicoot (marsupial australien) génétiquement modifié par le docteur Néo Cortex et son bras droit le docteur Nitrus Brio, inventeur de la machine à faire évoluer les animaux. Vous n’êtes évidemment pas le premier à passer entre leurs mains, il y a par exemple Tawna, une jolie femelle bandicoot qui vous a plu au premier coup d’œil. Seulement voilà, vous ne faites pas l’affaire dans le projet de conquête mondiale du docteur Cortex, et il s’est tout simplement débarrassé de vous sur une île au sud de l’Australie. Comme l’amour déplace les montagnes (et les îles), vous voilà en chemin pour retrouver votre bien-aimée, n’écoutant que votre courage et les tamtams omniprésents …

C’est à travers trois îles et 32 niveaux de difficulté progressive que vous allez devoir montrer votre dextérité, car le gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... de Crash Bandicoot mise sur votre prise en main de l’animal. Et c’est avec un certain plaisir que l’on apprend à le faire sauter et à parfaire les actions qui l’ont précédemment mené à une mort (plutôt cartoonesque d’ailleurs). Si les codes du jeu de plate-formesjeu où le héros évolue en sautant de plate-formes en plate-formes, en évitant les pièges et en combattant des ennemis sont tous présents (progression linéaire, objets bonus, invincibilité temporaire grâce au masque Aku-Aku, adversaires gênant la progression), le gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... est enrichi par une idée toute simple : si le joueur casse toutes les caisses d’un niveau (et croyez-moi, ce n’est pas si facile), il gagne une gemme. Celle-ci permet de débloquer des passages. D’autres bonus permettent d’accéder à des zones sécrètes : des clés, des icônes de Tawna, de Cortex et de Brio. Un pourcentage permet de savoir si vous avez débloquez tous les bonus (encore que celui-ci dépasse les 100 %). La diversité des caisses rajoute à la difficulté de l’entreprise (caisse rebondissante, caisse TNT, caisse check pointpoint de sauvegarde automatique dans un jeu de plate-formes, qui permet de reprendre le niveau au milieu en cas de défaite, caisse en acier, caisse de fruits Wampas …). Mais rassurez-vous, vous n’êtes nullement obligé de les casser toutes pour passer les niveaux et arriver devant Cortex, mais si vous le faîtes le goût de la victoire est tout autre… Tous les hardcore gamersgros consommateurs de jeu vidéo qui finissent à 100% le jeu, passent énormément de temps dessus et sont expérimentés vous le diront…

Crash sait se défendre, car c’est un monde sans pitié qui l’attend. Il peut se débarrasser de ses ennemis en sautant dessus, en actionnant des caisses TNT qui explosent ou en tournoyant, les envoyant littéralement dans le décor (il peut d’ailleurs détruire des caisses ou tuer d’autres ennemis en en propulsant). Il y a quand même un hic à votre entreprise : si Crash est touché par un ennemi, s’il tombe dans un précipice ou dans de l’eau, s’il explose par l’effet d’une caisse TNT ou Nitro (et se transforme en ange !), il meurt et perd une vie. Quand il n’a plus de vie, un écran de continueoption accessible dans un jeu vidéo après avoir perdu toutes les vies du personnage, permet de continuer le jeu sans repartir du début. Alors que les vies permettent de repartir du même endroit, les continues permettent généralement de repartir du début du niveau donne le choix de poursuivre ou non le niveau. Bien qu’il y ait une possibilité de sauvegardepermet au joueur de reprendre une partie à un point d'enregistrement sans avoir à recommencer tout le jeu. C'est un procédé souvent absent sur les consoles antérieures à la génération 16 bit, le joueur peut se retrouver où il en était grâce à des codes qui servent de mot de passe.

Flash required

La progression du bandicoot se fait dans un corridor d’arbres et de feuilles, le jeu emprunte d’ailleurs à Donkey Kong Country son level designconception de la structure des niveaux d'un jeu, à la fois en terme d'architecture et de mise en application du gameplay. C'est la véritable ossature du jeu. Les niveaux n’ont pas tous le même angle de vue (de dos, de profil, en 2,5Deffet qui simule la 3D dans un environnement 2D, créant un effet de profondeur, au-dessus des épaules), il est prédéterminé ce qui rend le trajet difficile quand on rebrousse chemin. Le bestiaire est australien ou tasmanien, outre la bandicoot, nous avons des aborigènes, un kangourou, un koala, un potorou (rat-kangourou), des tortues … Le style graphique est délibérément emprunté au cartoon américain, entre les couleurs, les détails, les expressions. Comment ne pas penser à Taz quand on voit Crash s’énerver ou aux fouines de Qui veut la peau de Roger Rabbit ? pour certains ennemis ?

La musique est de Mark Mothersbaugh (the Sims 2, la série Jak & Daxter entre autres) et Josh Mancell (la série Crash Bandicoot, la série Jak & Daxter,…). Une partie des compositions sont d’inspiration ethnique. Ils utilisent énormément de percussions, créant une atmosphère tribale. Le son clair du xylophone est beaucoup utilisé. Les rythmes sont eux aussi caractéristiques d’ethnies africaines ou océaniennes. Quelques voix viennent scander des paroles dans un langage approprié. L’autre partie des compositions visent l’humour et ont un effet comique digne des dessins animés. Les nombreux bruitages viennent ajouter à cette dimension très cartoon.

Gros succès, Crash Bandicoot est un des plus beaux titres de la Playstation. Malgré qu’il ne soit pas une production locale, il s’est très bien vendu au Japon. C’est aussi le premier né d’une série à succès, qui n’est pas finie et, comme toute mascotte en devenir, un personnage pour de nombreux spin-offsérie dérivée d'une autre dans laquelle on reprend soit les personnages, soit l'univers de la première.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.