Chrono trigger

Les couloirs du temps

Le voyage dans le temps. Un thème récurrent dans la science-fiction. Les meilleurs romanciers ont posé leur brique sur cet édifice : Wells (La Machine à explorer le temps), Asimov (La Fin de l’éternité), Barjavel (Le Voyageur imprudent et le thème du paradoxe temporel), Moorcock (Les Danseurs de la fin des temps). Au cinéma aussi, le voyage dans le temps offre de l’intérêt et inspire de bons divertissements : la série Terminator, l’Effet papillon, la série Retour vers le futur, tous trois (parmi tant d’autres) dans des styles différents l’un privilégiant l’action, l’autre la comédie. Même la bande dessinée y touche avec Vortex, et la célèbre série de Mézières Valérian et Laureline (reprise en série animée). Alors qu’il est une source d’inspiration pour ces domaines artistiques, le voyage dans le temps n’est pas très utilisé dans le jeu vidéo, mis à part pour une utilisation limitée de ces effets (Braid, Prince of Persia : les sables du temps). Il y a néanmoins quelques exceptions…

Parlons de l’un des meilleurs RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle japonais des années 90 (l’âge d’or du genre pour certains). Chrono trigger est à classer parmi les œuvres cultes que sont Final Fantasy VI ou Secret of mana (Seiken densetsu 2 dans sa version originale), d’autres RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle de Square qui le précèdent d’un an. Édité en 1995 sur Super Nintendo, il ne sortira qu’au Japon et aux États-Unis, le marché européen n’étant pas commercialement intéressant. Il faudra attendre sa réédition non pas sur Playstation en 1999 (l’Europe étant encore punie), mais en 2008 sur Nintendo DS pour avoir un portage digne de ce nom et en français ! Preuve que tout arrive à point à qui sait attendre.

Sa conception est due à la réunion en une équipe fabuleuse, la Dream team, de grands noms du jeu venant de chez Square et de chez Enix. Voyez plutôt : Hironobu Sakaguchi (créateur de la série Final Fantasy), Akira Toriyama (designer de la série Dragon quest et mangaka de Dragon ball entre autres), Yuji Horii (créateur de la série Dragon quest) et Nobuo Uematsu (compositeur de la série Final fantasy) qui seconda Yasunori Mitsuda à la composition. De quoi donner une œuvre majeure du jeu vidéo !

L’histoire prend place en l’an 1000 dans un monde semblable au nôtre, mais où l’existence de la magie est vérifiée. Crono (si c’est pas un nom prédestiné !), jeune homme à la chevelure abondante et colorée, s’en va à la foire millénaire voir la dernière invention de son amie Lucca. Il y rencontre Marle, la princesse de ce royaume qui visite incognito la foire. L’invention de Lucca ouvre par inadvertance un portail vers un autre temps où tous trois s’aventurent. Arrivé en 600, Marle prend la place de son ancêtre disparue et créé un paradoxe temporel. En effet, si elle remplace son ancêtre, les recherches s’arrêtent sans l’avoir retrouvé et par conséquent, Marle ne peut exister. Crono va donc devoir libérer la princesse de cette époque et découvrir d’autre portails vers d’autre temps, dont un vers un futur apocalyptique où l’homme est affamé et se terre dans des ruines. Le nœud du problème, la cause de la destruction du monde est Lavos, un organisme gigantesque qui sort de la croute terrestre en 1999. Inutile de vous faire un dessin sur votre but…

Comme dans tout jeu de rôle, vous ne dirigez pas qu’un seul personnage, mais plusieurs qui peuvent se compléter. Trois personnages parmi six disponibles (et un septième en bonus) composent votre équipe : Crono le héros, Lucca l’inventeur, Marle la princesse, tout trois venant de la même époque, Robo le robot (!) provenant d’un futur apocalyptique, Gren le chevalier-grenouille du Moyen Âge et Ayla la femme préhistorique (le septième personnage est Magus, un puissant sorcier que l’on combat à un moment et qui rallie votre équipe uniquement si vous le souhaitez). L’équipement de chacun est personnalisable (arme, armure, casque, accessoire), chaque item augmentant des caractéristiques. Rien de bien différent des jeux de ce genre pour ce qui est des menus de gestion, des points de vie et points de magie ou des commandes.

Les combats avec les ennemis ne se font pas au hasard comme dans la plupart des RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle, les adversaires sont visibles et c’est votre rencontre qui lance l’affrontement. Il n’y a pas de changement d’écran entre l’exploration et le combat, fait assez rare dans ce genre de jeu. Une barre qui se remplit pour chaque personnage (barre ATB, Active Time Battle, connue par les joueurs de Final fantasy) détermine le tour de chacun. Les attaques peuvent être physiques (chaque héros possède une arme qui lui est propre) ou magiques (chaque héros contrôle la magie d’un élément, feu, eau, éclair,…). Chaque personnage apprend des techniques qui lui sont spécifiques au fil des combats, elles peuvent servir à l’attaque ou à la guérison et utilisent la même réserve de points que la magie. Certaines attaques peuvent être combinées avec originalité entre vos personnages, la somme de leurs techniques étant plus puissante que chaque partie. Ces combosenchainements de coups exécutés suivant un ordre, une combinaison et un timing précis peuvent se faire en duo voire en trio pour un effet des plus dévastateurs !

Flash required

La grande originalité du jeu réside dans son approche du temps et dans le fait qu’il faut jongler avec plusieurs périodes. Le voyage dans le temps se fait à travers six époques différentes : la préhistoire, le moyen-âge, le temps d’où vient le héros, un futur apocalyptique, la fin des temps et le jour de l’apocalypse. Faire une action dans une époque peut débloquer des possibilités dans une autre. Les interactions restent tout de même assez linéaires et le jeu ne nous perd pas. Le voyage dans le temps se fait au début de l’aventure grâce à des portails temporels, puis l’équipe acquiert un vaisseau qui traverse les époques (à la manière d’une certaine DeLorean, nom de Zeus !).

Une autre caractéristique est le nombre de fins différentes. Le jeu peut se terminer de 12 façons différentes ! C’est la première fois qu’un jeu peut avoir autant de fins distinctes. Une autre caractéristique, qui sera reprise dans nombre de RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle, est la possibilité après avoir fini le jeu une première fois de le recommencer avec les statistiques et les compétences acquises précédemment.

Le jeu présente des graphismes très fins et détaillés, les personnages sont en SD (super deformed, avec une grosse tête sur un petit corps). L’exploration se fait en vue du dessus sur la carte du monde et en 3D isométriquereprésentation en perspective où la longueur, la hauteur et la profondeur ont la même importance, on parle aussi de vue de 3/4 la plupart du temps dans les villes et autres lieux, pendant les combats notamment. Le mode 7 de la Super Nintendo est encore utilisé, dans les courses de moto, dans les décors (il permet un effet unique de zoom et de rotation).

Nous trouvons principalement Yasunori Mitsuda à la composition musicale (Chrono Cross, Xenogears), mais Nobuo Uematsu lui prêta main forte lors d’une hospitalisation. Les thèmes musicaux sont simples et se retiennent facilement, le fait que l’on fasse des allers-retours constamment permet de mieux les mémoriser. Le thème, Chrono trigger, est entêtant, il est aussi présent dans toutes les grosses actions héroïques. Guardia Millenial fair, le thème de la foire millénaire, comporte plusieurs segments qui nous font découvrir chaque recoin de la foire, un coin dansant et joyeux, un coin plus reposant (le stand des boissons ?), un coin où on est émerveillé par ce que l’on voit (un magicien ?). Le thème Guardia castle quant à lui renvoie avec ses rythmes militaires et ses tambours à la royauté. Le thème Manoria cathedral imite l’orgue religieux et la quiétude des lieux saints, on croirait même entendre des fidèles chanter. Le thème de Robo imite des bruits d’industrie mécanique sur une mélodie joyeuse et très optimiste. Ruined world illustre bien le paysage de désolation, on entend des vents constants et des sons qui se répercutent en écho et se perdent. D’autres musiques plus scéniques soulignent les aspects comiques.

Il a fallu l’attendre longtemps chez nous, mais au final, notre patience a été récompensée ! Chrono trigger est considéré, encore aujourd’hui, comme l’un des meilleurs RPGRole Playing game, jeu vidéo utilisant les principes du jeu de rôle. Il a été plébiscité par les critiques professionnelles et est en haut du classement des meilleurs jeux de tous les temps. Chrono Cross, sorti en 1999 sur Playstation, n’a de commun que la première partie de son titre, il ne reprend pas les mêmes personnages mais un thème similaire à celui de son aîné, celui des dimensions parallèles.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.