Asteroids

la nuit des étoiles filantes


Asteroids d’Atari, sorti en novembre 1979, est un des plus grands succès de l’histoire du jeu d’arcade. Le principe est simple puisqu’il s’agit de faire tourner une fusée sur elle-même dans un champs d’astéroïdes, lesquels doivent être tous détruits pour passer au niveau suivant. La surface de jeu est totalement représentée à l’écran, les astéroïdes qui disparaissent d’un coté de l’écran réapparaissent aussitôt de l’autre. Les gros astéroïdes que vous touchez sont divisés en deux, ils deviennent de fait encore plus dangereux car plus petits et plus difficiles à toucher.

En plus de tourner sur lui-même, le vaisseau peut se déplacer et, lorsqu’il atteint les limites de l’écran, réapparaît de l’autre côté. Les graphismes sont vectorielsn’est pas défini par des pixels, mais par une liste de points reliés entre eux par des droites, en noir et blanc, et la difficulté est plutôt élevée.

A noter que des soucoupes volantes (de deux tailles différentes) traversent aussi l’écran, c’est l’occasion de gonfler votre score en les abattant. Vous pouvez tirer deux missiles à la fois et disposez de quatre vies en début de partie. Il est également possible de faire un saut hyper-spatial en cas d’urgence (ou de panique) qui vous « transfère » à un autre endroit de l’écran.

Avec Asteroids, nous restons sur la lignée des tout premiers jeux vidéo de l’histoire : Space War, Galaxy Game et Computer Space : un vaisseau dans l’espace qui utilise l’inertie pour se déplacer.

L’idée originale du jeu est due à Lyle Rains, qui suggéra au programmeur Ed Logg un jeu à base de vaisseaux spatiaux détruisant des astéroïdes en petits morceaux. Lyle Rains considère être le père d’Asteroids et Ed Logg la mère, dans la mesure où il mit neuf mois pour le développer. Il y travailla de façon si acharnée qu’il avoue en avoir de nombreuses fois rêvé la nuit. Le jeu fut un succès avant même d’être sorti, les employés d’Atari ne se faisant pas prier pour y jouer pendant leurs heures de travail, au grand dam des développeurs de la machine d’arcade qui ne pouvaient plus approcher leur prototype. Dans un même ordre d’idée, le prestige de la borne fut tel que le jeu sera adapté sur toutes les machines Atari de l’époque : Atari VCS2600, 5200, 7800 et Ordinateurs 400 et 800XL sans compter les multiples plagiats chez les concurrents : Odyssey2, Intellevision etc…

Le son du jeu est l’œuvre d’Howard Delman. À cette époque, il n’existe pas de processeur sonore à modulation de fréquence (synthèse FM), chaque son faisant donc l’objet d’un circuit séparé, que Delman triture à tâtons pour obtenir l’effet voulu. Le « boum-boum » que l’on entend en fond sonore s’accélère progressivement à mesure que le joueur continue à détruire des astéroïdes sans se faire tuer, afin de faire monter la tension nerveuse.

A noter qu’Asteroids, du fait de son succès immédiat, va connaitre de multiples déclinaisons officielles et officieuses. Parmi les meilleures, il faut relever une amélioration du jeu original sortie un an plus tard : Asteroids deluxe et une véritable suite intitulée Blasteroids.

Blasteroids, suite officiel, est un shoot'em upappelé aussi shoot them up, jeu de tir où le joueur dirige un véhicule ou un personnage qui doit détruire un grand nombre d'ennemis à l'aide d'armes de plus en plus puissantes de facture classique développé par Atari Games (qui deviendra Midway Games West) introduit en 1987 en salle d’arcade et adapté par Image Works en 1989 sur : Amiga , Amstrad CPC , Atari ST , Commodore 64 / 128 , MSX , MS-DOS PC , ZX Spectrum . Le gameplaycaractéristiques d'un jeu qui permettent de l'apprécier. Comprend la maniabilité, la facilité de prise en main, l'architecture du jeu, la jouabilité ... de ce jeu est similaire à la première mouture mais apporte tout de même son lot de nouveautés de manière à relancer l’intérêt du grand public pour ce grand classique (à la manière d’un Arkanoid qui relançait le concept de Breakout pour le casse-briquesterme générique pour les jeux où le but est de casser un mur de briques en renvoyant une balle au moyen d'un palet ou une raquette. Les représentants les plus connus sont Breakout, Arkanoid, DX ball, Nervous brickdown,... par exemple). Ainsi, le vaisseau peut désormais être transformé à volonté en trois versions différentes, à savoir le «chauffard», la version la plus rapide, le « fighter », qui a le plus de puissance de feu, et le « warrior« , qui a un bouclier supplémentaire . De nouvelles données sont également introduites : l’énergie consommée ce qui augmente encore d’un cran la difficulté du concept de jeu et le vaisseau écran qui le protège contre les collisions et les tirs. Le vaisseau a donc une quantité limitée de carburant pour la poussée de ses réacteurs, il faut par conséquent rester vigilant et économe afin de passer les différents niveaux . Ce combustible se présente sous la forme d’une barre d ‘«énergie» qui est également utilisé pour le vaisseau écran . Une fois que toute l’énergie est parti, le vaisseau du joueur est alors détruit. Assez réussi d’un point de vue technique et suffisamment évolué pour ne pas trop plagier l’original, Blasteroids arrive bien trop tard sur le marché déjà très occupé du shoot'em upappelé aussi shoot them up, jeu de tir où le joueur dirige un véhicule ou un personnage qui doit détruire un grand nombre d'ennemis à l'aide d'armes de plus en plus puissantes et représenté majoritairement par des jeux à scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur horizontal type R-Type ou à scrollingdéfilement horizontal ou vertical de l'écran dans un jeu vidéo pour simuler le mouvement du joueur vertical rapide façon 1941 et autres hits de la PC Engine pour pouvoir réellement rivaliser avec eux. La mode impose ses normes y compris à des jeux pionniers et innovants dans leurs concepts. Atari ne réitèrera pas le succès du premier et le type même du jeu de combat spatial en apesanteur s’éteindra progressivement avec ce titre. Sniff !!!

Anecdotique

Un américain de 41 ans, John McAllister, vient de passer 58 heures consécutives à jouer, pour finalement exploser le record du monde du jeu Asteroids établi il y a … déjà 28 ans ! Son score de 41.338.740 points, réalisé sur une borne d’arcade dans la cave d’un pote (ça ne s’invente pas), enterre donc de justesse les 41.336.440 points réalisés le 13/11/1982 par un adolescent de 15 ans, Scott Safran.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Live
  • Netvibes
  • PDF
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.